Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Rebecca West : Agneau noir et faucon gris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Ven 28 Aoû - 0:42

I) L'AUTEUR

La quatrième de couverture de mon édition (que je ne conseillerais pas tant les coquilles sont nombreuses) nous apprend ceci :

Citation :
Née à Londres en 1892, Cicily Isabel Fairfield se fit connaître dès 1911 sous son nom de plume emprunté à Ibsen. En plus de ses écrits militants et de ses romans, elle écrivit notamment un essai sur Henri James, une biographie de Saint Augustin et des comptes rendus célèbres des procès de Nuremberg. Nommée Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique en 1959, elle s'éteignit en 1983 à l'âge de 90 ans.

C'est une femme très cultivée qui parsème son ouvrage de références littéraires et picturales permettant d'éclairer sa pensée :

Citation :
Proust fait remarquer que si on accomplit la même action, si banale soit-elle, pendant assez longtemps, elle devient automatiquement "merveilleuse" : une simple promenade le long d'une rue de village est "merveilleuse" si elle est effectuée tous les dimanches par une vieille dame de quatre-vingts ans. François-Joseph s'était levé pendant si longtemps de son petit lit de camp à quatre heures du matin pour travailler douze à quatorze heures d'affilée sur des dossiers qu'il passait pour le plus "merveilleux" des monarques, presque aussi "merveilleux" que la reine Victoria, bien qu'il n'eût rien perdu avec l'âge de cette opiniâtreté et de ce manque d'imagination qui lui faisaient un devoir de conserver sa cour comme une nécropole de l'étiquette et son Empire comme le nec plus ultra de l'anachronisme.

Elle se définit comme

Citation :
anglaise de nationalité et française de coeur.

Elle vante les capacités d'intégration de la France et admire sa culture. Elle répond ainsi à une étudiante viennoise qui méprise la littérature française :

Citation :
[En Grande-Bretagne] un écrivain est le plus souvent une personne très isolée, qui, inspirée par telle ou telle passion, se met à écrire sur tel ou tel sujet, sans chercher jamais à se renseigner sur ce que d'autres personnes ont pu écrire sur ce même sujet. C'est la raison pour laquelle la littérature française est tellement importante pour l'esprit humain, car en France chaque écrivain est pleinement instruit de sa propre culture et sait, quand il avance un argument, exactement à quel stade l'ont laissé ses prédécesseurs.

Elle ajoute par ailleurs à ce sujet :

Citation :
L'influence néfaste de l'Europe centrale [...] empêchait [...] cette jeune fille de jouir des bienfaits de la culture française qui a sur toutes les autres l'avantage d'avoir commencé plus tôt, d'être l'héritière directe de la civilisation romaine et d'avoir joui tout au long de son histoire d'un développement continu.

Cependant, la débâcle de 1940 et la collaboration lui font perdre sa foi en la France et en sa culture :

Citation :
Je ne pouvais maintenant plus dire à la jeune Viennoise blonde de quels trésors spirituels la privait son ignorance du français, puisque le nom de la France était devenu synonyme de renoncement, de reniement et d'abdication.


II) SON PROJET, SA MOTIVATION

Elle souhaite connaître les Balkans et plus spécialement la Yougoslavie pour la raison suivante :

Citation :
Je devais reconnaître que je ne savais tout simplement rien de cette partie sud-est de l'Europe et comme il découle régulièrement de cet endroit un flot d'événements qui sont pour moi une source de dangers, qui, pendant quatre ans, menaça ma sécurité et me priva à jamais de nombreux avantages, cela revient à dire que je ne sais rien de ma propre destinée.

Voilà, c'est tout pour le moment. La suite un autre jour (demain je pense mais je ne promets rien).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Sam 29 Aoû - 2:28

III) LE GENRE

Agneau noir et faucon gris est un OLNI (objet littéraire non identifié) de près de mille pages. Rebecca West relate un long voyage qu'elle a fait en 1937 en Yougoslavie en compagnie de son mari, un banquier cultivé, de Constantin, un juif serbe ayant fait des études à la Sorbonne et ayant eu Bergson notamment comme professeur. La femme de ce dernier, Gerda, une Allemande, les a accompagnés pendant une bonne partie du voyage. Rebecca West était déjà allée en Yougoslavie l'année précédente et elle approfondit sa connaissance du pays au cours de ce nouveau périple.

Elle mêle anecdotes, descriptions, portraits, longues pauses historiques et méditation personnelle. On lit le livre dans le sens que l'on veut, on peut passer des passages qui ne nous intéressent pas. Personnellement, j'ai d'abord lu les passages qui m'intéressaient le plus pour entreprendre la lecture entière ensuite. Le projet de Rebecca West est encyclopédique : elle parle de Dioclétien à Dubrovnik (ex-Raguse) pour finir par la déflagration de la deuxième GM dans l'épilogue écrit en 1941. En dehors de Dioclétien, l'ouvrage propose également des développements sur la République de Raguse, Jeanne Merkus, l'hérésie Bogomile, Simonide, La dynastie des Nemanjide, celle des Karageorgevic, l'assassinat d'Alexandre et Draga Obrenovic, Gavrilo Princip, la main noire, Pierre 1er etc... Rebecca West a lu de nombreux ouvrages pour écrire ce livre et en donne la liste à la fin. On apprécie de ne pas être renvoyé constamment à des notes qui rendent la lecture fastidieuse mais on aimerait parfois que les sources soient plus précises comme dans le cas suivant où elle évoque l'assassinat de François-Joseph :

Citation :
L'un des historiens contemporains les plus célèbres a prétendu établir la complicité des gouvernements russe et serbe. Je lui ai demandé sur quelles preuves il s'appuyait. Il n'en avait aucune. Un historien anglais de renom (et qui n'est pas pro-serbe) m'a dit qu'il avait cherché des preuves de la culpabilité serbe et qu'il n'en avait trouvé aucune.


Je continuerai plus tard en vous parlant des portraits, des descriptions et du témoignage historique plus précisément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65430
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Sam 29 Aoû - 15:22

Tu prends ton temps et en tous cas, thumleft Un post qui convient parfaitement à la devise du forum : "Nota Bene : la Qualité, Non la Quantité." Wink
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Jeu 3 Sep - 12:05

Merci Masques de Venise. Je poursuis donc un peu ma présentation de cet ouvrage.

IV) LES DESCRIPTIONS

Elles rendent compte de la variété des styles (vénitien, byzantin, ottoman...) dans les Balkans. Ces descriptions font souvent l'objet de commentaires et nous informent sur les civilisations des peuples balkaniques, sur la superposition des strates civilisationnelles et cultuelles.

Citation :
Tandis qu'accoudés sur le parapet, nous laissions errer nos regards sur le lac, nous sentîmes quelque chose de protubérant contre nos genoux. C'était une dalle sculptée représentant un bélier et une brebis en train de copuler, vestige du paganisme. Lorsque les premiers Slaves chrétiens construisirent leurs églises, ils incorporèrent très souvent dans leurs constructions des éléments appartenant aux religions païennes qui avaient été cultivées sur ses sites. Cette sculpture était surtout remarquable pour son caractère prosaïque et le côté purement machinal, je dirais presque fonctionnel de l'opération. Un culte de la fertilité pratiqué par des gens dénués d'imagination devait être aussi monotone que n'importe quelle forme moderne de religion.

Citation :
Mais la foule me poussait en avant et j'aperçus bientôt au milieu du plancher une croix environnée de ce qui me parut être une superposition de corps indistincts. "La croix est sur le tombeau de saint Georges, me chuchota Milica, et regardez ! Oh, regardez ! C'est incroyable ! C'est le rite grec de l'incubation, c'est ainsi que les Grecs se couchaient toute la nuit sur l'autel d'Apollon afin de pouvoir s'insinuer dans l'esprit des dieux et connaître leur avenir."

Par ailleurs, dans les nombreuses descriptions de monastères, Rebecca West s'efforce de faire comprendre aux Occidentaux le génie des lieux et du rite orthodoxe.

Citation :
On trouve également au milieu d'un fouillis de ruelles une église orthodoxe du XIIème siècle car Kotor compte de nombreux orthodoxes. Cette église renferme dans sa nef une autre petite église bien distincte, comme une boîte à l'intérieur d'une boîte, un écrin à l'intérieur d'un écrin. Cela me rappela une chose que j'avais oubliée, la différence qu'il y a entre le mystère ténébreux et intime de l'Eglise dOrient et l'audace déclamatoire des autels brillamment éclairés de l'Eglise d'Occident.

Citation :
Vrdnik est le plus grand monastère de cette région [...]. L'église est différente de celle des autres monastères. Elle semble rejeter la tradition byzantine selon laquelle la magie s'élabore dans l'obscurité. La lumière tombe directement sur l'iconostase doré et sur les trônes multicolores et se reflète sur le pavement de marbre poli. Cette absence d'obscurité se comprend car il n'est pas nécessaire ici de fabriquer de la magie. Elle existe déjà dans le cercueil posé devant l'iconostase et qui contient le corps du tsar Lazare tombé au Kosovo.


V) LES PORTRAITS

Rebecca West sait souligner la singularité des personnes à la manière de La Bruyère mais on n'y retrouve pas le même effet insistant ni la closule incisive et satirique que dans Les Caractères. On perçoit plutôt à travers ces portraits l'acceptation de la manière d'être des personnes rencontrées même si ses opinions reflètent aussi son attachement ou son antipathie pour certains peuples.

Citation :
Le lendemain matin, comme nous prenions notre petit déjeuner dans notre chambre, je vis entrer une jeune femme pâle aux cheveux noirs que je reconnus pour être Angela, une femme de chambre slovène qui, l'an dernier, lorsque j'étais tombée malade dans cet hôtel, s'était montrée très bonne envers moi. Quoique la plus douce et la plus gentille des femmes, elle avait développé une forme d'hystérie tout à fait singulière. Oui, cette douce et inoffensive créature était d'une xénophobie maladive (peut-être à cause de son expérience de petit enfant durant la guerre ?) elle ne pouvait rien imaginer de plus répugnant qu'une personne appartenant à une autre race que la sienne. Mais comme elle ne voulait et ne pouvait éprouver que des sentiments d'amour pour ses semblables, elle s'était figurée, pour justifier sa répugnance à l'égard des étrangers, que ceux-ci sentaient horriblement mauvais. Cette croyance avait transformé sa vie de femme de chambre en une extraordinaire aventure olfactive car il y avait dans cet hôtel des gens de toutes nationalités. Au point que lorsqu'elle en venait à faire les lits, on aurait été tenté de lui procurer un masque à gaz. Pour des raisons politiques, elle tenait en piètre estime les Bulgare, les Italiens et les Grecs dont il émanait (à son avis) une odeur de fumier, de tannerie ou de gaz. C'était particulièrement sensible chez les Grecs. Lorsqu'elle parlait de son travail quotidien dans la suite, alors occupée par un riche marchand grec, son visage s'assombrissait comme un mineur qui appréhenderait un coup de grisou. L'odeur qui se dégageait des Hongrois était forte sans être déplaisante, quoique extrêmement différente de celle que devrait exhaler un être humain normal. Il émanait des Allemands et des Autrichiens une odeur distinctement grossière. Quant aux Français, victimes une fois de plus de leur réputation, elle trouvait qu'ils répandaient autour d'eux une odeur étrange et polissonne. Et, de fait, le cabinet de toilettes de ses clients devait ressembler pour elle à la boutique d'un pharmacien pour une femme de la campagne qui y entre pour la première fois.

Cependant, le caractère et le comportement sont souvent trop liés à l'ethnie dans ses analyses. Elle a tendance à ethniciser ce qui est individuel (mais il est vrai aussi que ses nombreux voyages à travers l'Europe lui permettent de faire des comparaisons et peut-être aussi l'Europe politique a-t-elle tendance à uniformiser les comportements à notre époque).

Citation :
Que Karageorges, au moment d'être choisi comme chef par son peuple, ait voulu le mettre en garde contre ses propres défauts, non pas d'un ton bonhomme et rassurant mais avec une froide objectivité, c'est là un trait typiquement slave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Jeu 17 Sep - 19:11

Ouf, je trouve un peu de temps pour poursuivre ma présentation de cet ouvrage !

VI) L'HISTOIRE

1) Rebecca West dénonce le comportement des intellectuels occidentaux de l'époque à l'égard des Balkans ce qui rappelle les postures prises dans les années 90 :

Citation :
Des Anglais donc, animés de sentiments humanitaires et de tempérament réformateur, se rendaient constamment dans la péninsule balkanique afin de voir qui maltraitait qui, et, comme ils étaient, en vertu même de leur foi perfectionniste, incapables d'accepter l'effrayante hypothèse selon laquelle tout le monde maltraitait tout le monde, revenaient tous en s'étant choisi dans le fond de leur coeur un peuple balkanique chéri toujours victime et jamais bourreau.

2) Cet extrait nous informe parfaitement de l'angle sous lequel Rebecca West veut parler des faits historiques :

Citation :
Je me souvins alors que le mot "idiot" provient d'une racine grecque signifiant "particulier". L'idiotie serait le défaut féminin par excellence : soucieuses avant tout de leur vie privée, les femmes suivent leur destin à travers des ténèbres aussi profondes que celles que projettent des cellules mal formées dans le cerveau.C'est un défaut comparable à la folie, qui est le défaut masculin correspondant : les hommes, eux, sont si obsédés par les affaires publiques qu'ils ne voient le monde que comme s'il était éclairé par la lune, laquelle montre bien le contour des objets mais non pas les détails indiquant leur nature.

Le fait est qu'elle jette un éclairage singulier sur les événements historiques, y apportant sa sensibilité et elle apporte bien souvent un regard personnel, humaniste sur les faits et les êtres, libérée qu'elle est, n'étant pas historienne, de la nécessité parfois desséchante de neutralité scientifique :

Citation :
C'est le coeur gros et l'esprit humilié que l'empereur Andronic résolut d'acheter le soutien de la Serbie à un prix plus élevé qu'il ne l'avait escompté. Puisque sa soeur Eudocie refusa de se sacrifier, il dut offrir sa propre fille, Simonide, qui n'avait que six ans.
On n'a pas assez de reconnaissance pour ces jeunes princeses qui assurèrent la cohésion de l'histoire en quittant leur chambre d'enfant et en s'expatriant dans des pays lointains pour y faire des fausses couches et y être plus ou moins violées, au milieu d'étrangers parlant une langue qu'elles ne connaissaient pas et pratiquant des coutumes qui ne lui étaient pas familières.
... ces petites princesses étaient envoyées dans des pays étrangers où pendant des années elles ne revoyaient plus leurs parents (et parfois même ne les revoyaient-elles jamais), pour être remises à des hommes qui n'aurait pu forcer de tels bijoux s'ilsne s'étaient pas révélés eux-mêmes sanguinaires en pensée et en action. Souvent de tels mariages scellaient un traité de paix conclu entre des puissances qui s'étaient livré une guerre cruelle, si bien que ces fillettes étaient envoyées dans le lit de ceux qui avaient été les Barbe-Bleue de leurs contes de nourrice.

3) Nous assistons à la naissance difficile d'un pays, nous découvrons un pays essayant de se construire. Bien évidemment, nous savons comment ce pays a fini et ce livre de Rebecca West nous donne finalement le sentiment qu'il pouvait difficilement en être autrement même si on peut dire que ce pays après 1937 n'a pas eu de chance. Elle met notamment en évidence les racines lointaines de la rivalité entre catholiques et orthodoxes :

Citation :
Le favori de l'impératrice, l'amiral Orloff, qui commandait la flotte russe, présenta à la République un protocole d'accord définissant sa neutralité qui demandait l'ouverture d'une église orthodoxe à Dubrovnik et l'établissement d'un consulat russe afin de protéger non seulement les Russes mais tous les membres de l'Eglise orthodoxe. La seconde requête fut accordée, la première refusée. L'influence jésuite et le pape lui-même illustraient une fois de plus l'inébranlable détermination de l'Eglise catholique à combattre l'Eglise orthodoxe avec une véhémence qui n'aurait pas été plus forte si l'ennemi avait représenté le paganisme au lieu du schisme et quelles que fussent par ailleurs les souffrances que cette campagne pouvait causer aux malheureux peuples de la péninsule balkanique.

Nous percevons à quel point les différences entre Serbes et Croates étaient profondes dès les débuts de la Yougoslavie :

Citation :
"Si on ne construisait à Belgrade que des ministères et des hôtels, nous autres Croates ne dirions rien,fit Valetta, mais nous avons cru comprendre, qu'on y construit également de nombreuses maisons privées pour certains hauts fonctionnaires". "Ce n'est pas vrai, je jure que ce n'est pas vrai", cria Constantin. "Prétendez-vous que tous les fonctionnaires serbes sont honnêtes ?" Constantin se balança sur sa chaise. "Je suis pour l'honnêteté, je suis quelqu'un de très honnête." Ce qui était vrai : il avait eu au cours de sa vie à administrer de grosses sommes d'argent, et jamais un seul sou ne lui était resté collé aux doigts. "Je reconnais, continua-t-il en baissant la tête, que dans notre Serbie, il y a parfois des gens qui ne sont pas honnêtes. Mais que pouvons nous faire ? Nous manquons de fonctionnaires, nous avons perdu tellement d'hommes durant la guerre." Cela aussi était vrai comme je l'appris plus tard. "Alors pourquoi ne recrutez-vous pas des fonctionnaires parmi nous autres Croates ? demanda Valetta. Il y a beaucoup de Croates que personne au monde n'oserait qualifier de malhonnêtes." "Mais comment pourrions-nous vous laisser devenir fonctionnaires ? bredouilla Constantin, vous n'êtes pas loyaux !" "Et comment, demanda Valetta devenu tout à coup blême, voulez-vous que nous devenions loyaux si vous nous traitez toujours ainsi ?" "Mais comment pouvons-nous vous traiter autrement tant que vous ne serez pas loyaux ?"

4) On peut lui faire certains reproches comme un parti-pris très négatif à l'égard de l'Autriche-Hongrie. Cependant, ce point de vue est très certainement le reflet de la pensée des élites occidentales de l'époque qui percevaient cet empire comme la prison des peuples. (Agneau noir et faucon gris, à plusieurs reprises, fige ainsi la pensée de certaines catégories des populations de l'époque, ce qui participe au témoignage historique. Ainsi, Gerda, la femme allemande du Serbe qui fait visiter la Yougoslavie à Rebecca West, s'exclame-t-elle en substance devant un cimetière dans lequel reposent 7000 Français morts pendant la Grande Guerre : "Et tous ces gens sont morts pour des slaves !".)

Quoiqu'il en soit, même si Rebecca West ne revendique pas et n'a pas la neutralité scientifique de l'historien de profession, elle a l'honnêteté de nous présenter le point de vue opposé au sien si bien que nous pouvons nous forger une opinion personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Jeu 17 Sep - 21:57

Mais dis-moi, il doit être énorme ce livre ?
Rebecca West a-t-elle publié d'autres oeuvres ?
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Sam 19 Sep - 0:37

En format poche, il devrait faire au moins 1500 pages.
D'aprés W.......a, 9 romans de Rebecca West ont été publiés entre 1918 et 1985 et 8 essais et récits de voyage l'ont été entre 1916 et 1958.

Je doute que ses oeuvres aient été traduites en français. Moi-même je n'aurait pas connu cet auteur si je ne m'étais pas intéressée à l'ex-Yougoslavie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Sam 26 Sep - 11:54

VII) LE TITRE

Il fait référence à un rituel religieux auquel Rebecca West a assisté au cours de son voyage : le sacrifice d'un agneau noir sur un rocher lors d'une cérémonie musulmane. Le faucon gris renvoie à un poème que Rebecca West a interprété d'une façon que l'on peut discuter : en 1389, Lazare Hrebeljanovic, prince serbe, meurt à la bataille de Kosovo Polje. Les Serbes sont vaincus par les Turcs et subissent le joug ottoman pendant près de cinq siècles. Le poème dit que peu avant la bataille, Lazare aurait fait un rêve :

Citation :
Un oiseau gris, un faucon
S'en revient de Jérusalem, la sainte,
Et dans son bec il tient une hirondelle.
Ce n'est pas un faucon, l'oiseau gris,
Mais bien saint Elie.
Ce qu'il porte n'est pas une hirondelle,
Mais un livre que lui a remis la Mère de Dieu.
Il vient trouver le Tsar au Kosovo,
Et dépose le livre sur les genoux du Tsar.
Le livre alors, tout seul, se mit à lui parler :
"Tsar Lazare, d'honorable lignée,
Vers quel royame vas-tu t'incliner ?
Préfères-tu le royaume céleste ?
Ou préfères-tu le royaume terrestre ?
Si tu veux le royaume terrestre,
Selle ton cheval, et puis le sangle !
Et vous chevaliers, ceignez vos épées,
Et jettez-vous à l'assaut contre les Turcs,
Lors toute l'armée turque périra !
Mais si tu préfères le royaume céleste
Fais bâtir une église au Kosovo,
Et que le fondement n'en soit pas de marbre
Mais de pure soie et puis d'écarlate.
Puis aligne ton armée et fais-la communier ;
Toute ton armée sera exterminée,
Et toi, Prince périras avec elle."

Quand le Tsar eut ouï ces paroles,
Il se mit à retourner un cent de pensées :
"Doux Dieu, que ferai-je, comment le ferai-je,
Vers quel royaume vais-je me tourner :
Choisirai-je le royaume céleste ?
Choisirai-je le royaume terrestre ?
Si je choisis le royaume,
Le royaume terrestre
Celui-ci ne durera guère,
Tandis que le céleste durera toujours et au-delà."

Le Tsar préféra donc le royaume céleste
Plutôt que de choisir le royaume terrestre,
Aussi fit-il bâtir une église au Kosovo,
Dont le fondement n'était point de marbre,
Mais de pure soie et puis d'écarlate.
Puis il fit venir le Patriarche serbe
Ainsi que douze grands évèques,
Et aligna son armée et la fit communier
Et leur donna ses ordres pour la bataille.
Et tandis que le prince instruisait ses soldats,
Les Turcs attaquèrent Kosovo.

On peut penser que les Serbes ont inventé après la bataille de Kosovo Polje ce rêve de Lazare où le choix lui était donné entre le royaume terrestre et le royaume céleste afin de sublimer la défaite, de la transcender pour la supporter. Rebecca West pense au contraire que le prince Lazare a réellement fait ce rêve et interprète la décision de ce prince de préférer le royaume céleste au royaume terrestre comme un sacrifice semblable à celui de l'agneau noir, comme une démission condamnable.

Elle interprète par la suite divers événements historiques à la lumière de ce mythe, notamment la débâcle française de 1940. On peut tant que l'on veut considérer cette interprétation de la défaite de la France comme un contresens, il n'en demeure pas moins qu'elle montre à quel point la France de 1940 avait perdu son crédit et son aura :

Citation :
Mais tandis que j'écrivais la dernière partie de mon livre, la France démontra hélas, dans une tragédie qui occupe dans l'Histoire le même rang qu'Othello, Hamlet ou Le Roi Lear dans la littérature, qu'une nation peut, tout comme un individu, se choisir une destinée qu'elle juge héroïque, même si elle entraîne sa propre destruction ; or l'idée de cette destinée, le thème de ce poème, qui s'inscrivait non pas sur du papier mais dans les faits, n'était autre que celui du Kosovo, le thème du rocher. Là où l'Angleterre avait quelques raisons de croire que l'Allemagne avait l'intention de l'attaquer, la France en avait, elle, dix fois plus. Et pourtant elle était encore plus endormie que l'Angleterre. Puis, l'heure du réveil sonnant, elle bondit sur ses pieds et courut ouvrir toutes grandes ses portes à ses envahisseurs, en leur criant qu'ils étaient les bienvenus, puisqu'elle n'avait ni la possibilité ni le désir de se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Dim 27 Sep - 11:39

Je croyais que l'opinion de Rebecca West selon laquelle ne pas connaître les Balkans revenait à ne rien savoir de sa propre destinée était périmée. Or, en relisant Une Autre Allemagne d'E. Husson (un historien spécialiste de l'Allemagne, maître de conférence à la Sorbonne) et notamment le chapitre intitulé "L'Allemagne ou l'éclatement sanglant de la Yougoslavie", j'ai pris conscience que la politique de l'Allemagne dans l'ex-Yougoslavie était celle qu'elle promouvait pour l'ensemble de l'Europe. Alors l'opinion de Rebecca West reste d'actualité. La justesse de la pensée de cette femme force décidément mon admiration.

Je pense me documenter à ce sujet à l'avenir en lisant notamment Ce que veut l'Allemagne d'Yvonne Bollmann et Minorités et régionalismes dans l'Europe fédérale des régions. Enquête sur le plan allemand qui va bouleverser l'Europe de Pierre Hillard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65430
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Dim 27 Sep - 15:45

Il me semble que Husson partage la théorie de Ian Kearnshaw, lequel estime qu'Hitler n'est pas arrivé par hasard au pouvoir. J'entends par là que, en dehors des manoeuvres politiciennes habituelles à l'intérieur de l'Allemagne et du contexte socio-politique qui était celui de ce pays après Weimar, la situation extérieure européenne y fut pour beaucoup.

J'ai le premier tome de "Hitler" par Ian Kearnshaw à lire mais je ne le ferai pas avant longtemps, je pense. Il paraît que c'est une somme.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Lucile
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand


Féminin
Verseau Cheval
Nombre de messages : 288
Age : 52
Localisation : à l'Est
Emploi : gardienne
Loisirs : lecture, musique, jardinage, randonnées, voyages
Date d'inscription : 21/07/2009

MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   Dim 27 Sep - 22:00

Je ne connais pas les thèses d'Edouard Husson sur l'Allemagne des années 30. Le Livre Une autre Allemagne que j'ai lu parle de l'Allemagne actuelle. Il est très intéressant. Je sais que Edouard Husson a écrit dernièrement un livre sur Heydrich. Cet homme était aussi monstrueux que fascinant mais je ne suis pas sûre d'avoir envie de lire cet ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rebecca West : Agneau noir et faucon gris   

Revenir en haut Aller en bas

Rebecca West : Agneau noir et faucon gris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -