Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 66
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN   Dim 6 Sep - 10:15

Jean-Pierre CLARIS de FLORIAN (1755-1794) est entré à l'Académie Française suite à son roman "Galatée" et à ses fables. Elles sont moins célèbres que celles d'ESOPE ou de LA FONTAINE mais ont cependant laissé un trace bien marquée dans la mémoire collective.

LE VACHER ET LE GARDE CHASSE


"Colin gardoit un jour les vaches de son père ;
Colin n'avoit pas de bergère
Et s'ennuyoit tout seul. Le garde sort du bois.
"Depuis l'aube, dit-il, je cours dans cette plaine
Après un vieux chevreuil que j'ai manqué deux fois,
Et qui m'a mis tout hors d'haleine.
-Il vient de passer par là-bas,
Lui répondit Colin ; mais si vous êtes las,
Reposez vous, gardez mes vaches à ma place,
Et j'irai faire votre chasse,
Je réponds du chevreuil. - Ma foi, je le veux bien.
Tiens, voilà mon fusil, prends avec toi mon chien,
Va le tuer." Colin s'apprête,
S'arme, appelle Sultan. Sultan quoiqu'à regret,
Court avec lui vers la forêt
Le chien bat les buissons ; il va, vient, sent, arrête ;
Et voilà le chevreuil...Colin impatient
Tire aussitôt, manque la bête,
Et blesse le pauvre Sultan.
A la suite du chien qui crie,
Colin revient à la prairie.
Il trouve le garde ronflant :
De vaches point ; elles étaient volées.
Le malheureux Colin, s'arrachant les cheveux,
Parcourt en gémissant les monts et les vallées.
Il ne voit rien. Le soir, sans vaches, tout honteux,
Colin retourne chez son père,
Et lui conte en tremblant l'affaire.
Celui-ci, saisissant un bâton de cormier,
Corrige son cher fils de ses folles idées,
Puis lui dit : "Chacun son métier,
Les vaches seront bien gardées"
.


LE GRILLON


"Un pauvre petit grillon
Caché dans l'herbe fleurie
Regardoit un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L'insecte ailé brilloit des plus vives couleurs :
L'azur, le pourpre et l'or éclatoient sur ses ailes.
Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
"Ah! disoit le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n'ai point de talent, encor moins de figure ;
Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici-bas!
Autant vaudroit n'exister pas."
Comme il parloit, dans la prairie
Arrive une troupe d'enfants.
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie :
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l'attraper,
L'insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne falloit pas tant d'efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
"Oh, oh dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !"
Pour vivre heureux, vivons caché"



*************



"Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie,

J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie,
Elle me quitte et prend un autre amant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.

Tant que cette eau coulera lentement
Vers le ruisseau qui borde la prairie,
Je t'aimerai, me répétait Sylvie ;
L'eau coule encore, elle a changé pourtant !

Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie."


(N.B. : le prénom ne vise aucune de ce monde Wink )
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN   Ven 10 Mai - 14:10



Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794), couramment dénommé Florian, est aussi connu pour ses fables que le sieur de La Fontaine. A ce propos, un critique de l'époque, Jean François Joseph Dussault, fera la réflexion suivante : « Tous ceux qui ont fait des fables depuis La Fontaine ont l’air d’avoir bâti de petites huttes sur le modèle et au pied d’un édifice qui s’élève jusqu’aux cieux ; la hutte de Florian est construite avec plus d’élégance et de solidité que les autres et les domine de plusieurs degrés. »

Florian ne s'enferma pas dans le rôle de fabuliste. Écrivain à part entière, il écrivit également trois pièces de théâtre, des nouvelles, contes, romans etc... Il mourut précocement, de tuberculose, à l'âge de 39 ans. Cependant, il nous laisse plus d'une centaine de fables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN   Ven 10 Mai - 14:11

Le chat apparaît à sept reprises dans ses textes, preuve s'il est est que l'animal inspirait les poètes. En voici quelques textes :


Le chat et le miroir :



Philosophes hardis, qui passez votre vie
À vouloir expliquer ce qu'on n'explique pas,
Daignez écouter, je vous prie,
Ce trait du plus sage des chats.
Sur une table de toilette
Ce chat aperçut un miroir ;
Il y saute, regarde, et d'abord pense voir
Un de ses frères qui le guette.
Notre chat veut le joindre, il se trouve arrêté.
Surpris, il juge alors la glace transparente,
Et passe de l'autre côté,
Ne trouve rien, revient, et le chat se présente.
Il réfléchit un peu : de peur que l'animal,
Tandis qu'il fait le tour, ne sorte,
Sur le haut du miroir il se met à cheval,
Deux pattes par ici, deux par là ; de la sorte
Partout il pourra le saisir.
Alors, croyant bien le tenir,
Doucement vers la glace il incline la tête,
Aperçoit une oreille, et puis deux... à l'instant,
À droite, à gauche il va jetant
Sa griffe qu'il tient toute prête :
Mais il perd l'équilibre, il tombe et n'a rien pris.
Alors, sans davantage attendre,
Sans chercher plus longtemps ce qu'il ne peut comprendre,
Il laisse le miroir et retourne aux souris :
Que m'importe, dit-il, de percer ce mystère ?
Une chose que notre esprit,
Après un long travail, n'entend ni ne saisit,
Ne nous est jamais nécessaire.



***



Le chien et le chat :


Un chien vendu par son maître
Brisa sa chaîne, et revint
Au logis qui le vit naître.
Jugez de ce qu'il devint
Lorsque, pour prix de son zèle,
Il fut de cette maison
Reconduit par le bâton
Vers sa demeure nouvelle.
Un vieux chat, son compagnon,
Voyant sa surprise extrême,
En passant lui dit ce mot :
Tu croyais donc, pauvre sot,
Que c'est pour nous qu'on nous aime !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN   Ven 10 Mai - 14:13

La biographie de Florian est sur Nota Bene. Cliquez ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN   

Revenir en haut Aller en bas

Jean-Pierre CLARIS DE FLORIAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Le Cercle des Poètes -