Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

PARNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 66
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: PARNY   Sam 19 Sep - 6:03

Evariste de Forges, vicomte de PARNY (1753-1814). Originaire de La Réunion, collègien à RENNES, aide de camp à PONDICHERY, il fait paraître ses "Poésies érotiques" en 1778. Les "Chansons madécasses" en 1787 sont de véritables poèmes en prose, appréciés de BAUDELAIRE et de Maurice RAVEL. Ruiné par la Révolution, il sera comblé sous l'Empire.


LE CABINET DE TOILETTE


"Voici le cabinet charmant
Où les Grâces font leur toilette,
Dans cette amoureuse retraite
J'éprouve un doux saisissement.
Tout m'y rappelle ma maîtresse,
Tout m'y parle de ses attraits ;
Je crois l'entendre ; et mon ivresse
La revoit dans tous les objets.
Ce bouquet, dont l'éclat s'efface,
Toucha l'albâtre de son sein ;
Il se dérangea sous ma main,
Et mes lèvres prirent sa place.
Ce chapeau, ces rubans, ces fleurs,
Qui formaient hier sa parure,
De sa flottante chevelure
Conservent les douces odeurs.
Voici l'inutile baleine
Où ses charmes sont en prison.
J'aperçois le soulier mignon
Que son pied remplira sans peine.
Ce lin, ce dernier vêtement...
Il a couvert tout ce que j'aime :
Ma bouche s'y colle ardemment,
Et croit baiser dans ce moment
Les attraits qu'il baisa lui même.
Cet asile mystérieux
De Vénus sans doute est l'empire.
Le jour n'y blesse point mes yeux ;
Plus tendrement mon coeur soupire ;
L'air et les parfums qu'on respire
De l'amour allument les feux.
Parais, ô maîtresse adorée !
J'entends sonner l'heure sacrée
Qui nous ramène les plaisirs ;
Du temps viens connaître l'usage,
Et redoubler tous les désirs
Qu'a fait naître ta seule image."



CHANSONS MADECASSES


II

"Belle Néhalé, conduis cet étranger dans la case voisine ; étends une natte sur la terre, et qu'un lit de feuilles s'élève sur cette natte ; laisse tomber ensuite le pagne qui entoure tes jeunes attraits. Si tu vois dans ses yeux un amoureux désir ; si sa main cherche la tienne, et t'attire doucement vers lui ; s'il te dit : Viens, belle Néhalé, passons la nuit ensemble ; alors assieds-toi sur ses genoux. Que sa nuit soit heureuse, que la tienne soit charmante ; et ne reviens qu'au moment où le jour renaissant te permettra de lire dans ses yeux tout le plaisir qu'il aura goûté."



C'est ici la case sacrée
Où cette fille très parée...

Baudelaire
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 66
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: PARNY   Mer 23 Juin - 15:13

Chansons Madécasses VIII

Il est doux de se coucher, durant la chaleur, sous un arbre
touffu, et d'attendre que le vent du soir amène la fraîcheur.
Femmes, approchez. Tandis que je me repose ici sous un
arbre touffu, occupez mon oreille par vos accents prolongés.
Répétez la chanson de la jeune fille, lorsque ses doigts
tressent la natte, ou lorsque, assise auprès du riz, elle chasse
les oiseaux avides.
Le chant plaît à mon âme ; la danse est pour moi presque
aussi douce qu'un baiser. Que vos pas soient lents, qu'ils
imitent les attitudes du plaisir et l'abandon de la volupté.
Le vent du soir se lève ; la lune commence à briller au
travers des arbres de la montagne. Allez, et préparez le repas."



_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Florentin
Littérophage Notabéniste Avec Mention.
Littérophage Notabéniste Avec Mention.
avatar

Masculin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 332
Age : 71
Localisation : Toulouse
Emploi : Ecrivain
Loisirs : Photo
Date d'inscription : 08/04/2010

MessageSujet: Re: PARNY   Mer 23 Juin - 15:41

C'est en réponse à La Guerre des dieux d'Evariste Parny que Chateaubriand écrivit Le Génie du Christianisme.
On peut considérer qu'avec Chénier et Parny la France renoue avec la poésie. En effet, il ne s'était rien publié de saillant depuis Racine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PARNY   

Revenir en haut Aller en bas

PARNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Le Cercle des Poètes -