Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 44
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Vide
MessageSujet: Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)   Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Icon_minitimeVen 16 Oct - 22:15

Son premier livre publié est un recueil de poèmes, Travailler fatigue (Lavorare stanca - 1936), il est cependant plus connu comme romancier et comme auteur d'un journal intime intitulé Le métier de vivre (une expérience de lecture vraiment marquante).
Pourtant, sa dernière oeuvre, laissée sur sa table avant de se suicider, est à nouveau un recueil de poèmes, au titre magnifique, bouleversant et quelque peu mystérieux : La mort viendra et elle aura tes yeux (Verrà la morte e avrà i tuoi occhi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 44
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Vide
MessageSujet: Re: Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)   Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Icon_minitimeVen 16 Oct - 22:24

Travailler fatigue

Traverser une rue pour s'enfuir de chez soi
seul un enfant le fait, mais cet homme qui erre,
tout le jour, par les rues, ce n'est plus un enfant
et il ne s'enfuit pas de chez lui.

En été, il y a certains après-midi
où les places elles-mêmes sont vides, offertes
au soleil qui est près du déclin, et cet homme qui vient
le long d'une avenue aux arbres inutiles, s'arrête.
Est-ce la peine d'être seul pour être toujours plus seul ?
On a beau y errer, les places et les rues
sont désertes. Il faudrait arrêter une femme,
lui parler, la convaincre de vivre tous les deux.
Autrement, on se parle tout seul. C'est pour ça que parfois
il y a des ivrognes nocturnes qui viennent vous aborder
et vous racontent les projets de toute une existence.

Ce n'est sans doute pas en attendant sur la place déserte
qu'on rencontre quelqu'un, mais si on erre dans les rues,
on s'arrête parfois. S'ils étaient deux,
simplement pour marcher dans les rues, le foyer serait là
où serait cette femme et ça vaudrait la peine.

La place dans la nuit redevient déserte
et cet homme qui passe ne voit pas les maisons
entre les lumières inutiles, il ne lève plus les yeux :
il sent seulement le pavé qu'ont posé d'autres hommes
aux mains dures et calleuses comme les siennes.
Ce n'est pas juste de rester sur la place déserte.
Il y a certainement dans la rue une femme
qui, si on l'en priait, donnerait volontiers un foyer.


Traduction de Gilles de VAN
(lequel préface remarquablement Moravia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 44
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Vide
MessageSujet: Re: Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)   Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Icon_minitimeVen 16 Oct - 22:33

******


La mort viendra et elle aura tes yeux -
cette mort qui est notre compagne
du matin jusqu’au soir, sans sommeil,
sourde, comme un vieux remords
ou un vice absurde. Tes yeux
seront une vaine parole,
un cri réprimé, un silence.
Ainsi les vois-tu le matin
quand sur toi seule tu te penches
au miroir. O chère espérance,
ce jour-là nous saurons nous aussi
que tu es la vie et que tu es le néant.

La mort a pour tous un regard.
La mort viendra et elle aura tes yeux.
Ce sera comme cesser un vice,
comme voir resurgir
au miroir un visage défunt,
comme écouter des lèvres closes.
Nous descendrons dans le gouffre muets.


Traduction de Gilles de VAN
(Poésie Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Vide
MessageSujet: Re: Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)   Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Cesare PAVESE (Italie - 1908-1950)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: UNE LARME D'EMOTION POUR NOS PREMIERES ARCHIVES :: Le Paradis -