Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

George Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65657
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

george - George Moore Vide
MessageSujet: George Moore   george - George Moore Icon_minitimeJeu 21 Jan - 16:07

21 janvier 1933, Londres (Grande-Bretagne) : décès de George Moore, poète, dramaturge et romancier.

Il était né le 24 février 1852, dans le domaine familial de Moore Hall, en Irlande, au sein d'une famille catholique. Dans son enfance, Walter Scott fut l'un de ses auteurs favoris et il fut le compagnon de jeux de Willie et Oscar Wilde, lesquels passaient leurs vacances d'été non loin de Moore Hall, près de Moytura.

Il fit ses études secondaires au St. Mary's College d'Oscott, où ses résultats furent plutôt médiocres. Il faut dire qu'il était de faible santé et que, dès se première année, il fut contraint de réintégrer ses foyers parce qu'il avait contracté une infection pulmonaire. Néanmoins, il n'aimait guère le collège et, aux études, préférait la lecture de romans et de poèmes.

Devant le refus d'étudier correctement de son fils, Moore Sr songea un temps à une carrière militaire. Mais le jeune homme déclarait vouloir étudier les Beaux-Arts et la mort de son père, en 1870, devait le libérer de toute contrainte. Trois ans plus tard, à sa majorité, il partit étudier à Paris.

Dans notre capitale, Moore se lia vite d'amitié avec Pissaro, Degas, Renoir, Monet mais aussi avec des gens comme Tourguéniev, Alphonse Daudet et Emile Zola. Ce dernier aura d'ailleurs une influence décisive sur l'oeuvre de l'Irlandais, qu'on peut qualifier de naturaliste.


Il est encore à Paris lorsque paraît son premier ouvrage, un recueil de poèmes intitulé "Flowers of Passion / Fleurs de Passion". La critique se montre dédaigneuse et même malveillante, jugeant les textes immoraux. Mais Moore a alors d'autres chats à fouetter et regagne l'Irlande pour régler des questions financières.

Résolu à abandonner la peinture, il décide de se consacrer exclusivement à l'écriture et s'installe à Londres. En 1881, il sort son second volume de poèmes, "Pagan Poems / Poèmes païens" qui reflètent son intérêt pour les Symbolistes français mais qui sont peu connus de nos jours. Puis, il s'attelle à une oeuvre en prose, "Confessions of a Young Man / Confessions d'un Jeune Anglais", qui raconte les vingt années passées à Paris et sa vie de bohême. Le livre est d'autant plus intéressant qu'on peut le prendre comme point de repère pour le début de la révolte littéraire des jeunes auteurs contre leurs aînés victoriens.

Les années 1880 sont très productives. Moore adopte un style réaliste et donne successivement "A Modern Lover / Un Amant Moderne", publié en trois volumes. Mais, là encore, le thème choisi est regardé comme immoral, notamment par les cabinets de lecture, très en vogue à l'époque, qui bannissent l'ouvrage de leurs listes.

Le roman suivant, "A Mummer's Wife / La femme du Cabotin" est en général considéré comme le premier roman anglais réaliste. A nouveau, les libraires et cabinets de lecture le boycottent pour immoralité mais ils créent ainsi un tel tapage que, paradoxalement, les lecteurs commencent à réclamer l'ouvrage. En outre, Moore décide de répondre à ses détracteurs et fait paraître deux pamphlets ("Literature at Nurse" et "Circulating Morals") dans lesquels il accuse clairement les libraires de favoriser la littérature lénifiante de mauvaise qualité aux dépens de livres traitant les vrais problèmes de société et de qualité infiniment supérieure.

Le lièvre est levé. L'éditeur de Moore, Henry Vizetelly, en profite pour faire traduire les grands romans réalistes français et, bien entendu, tout Zola. Les censeurs victoriens tremblent sur leurs bases et interpellent les Communes. La bataille devient politique.

Mais le temps oeuvre pour Moore et ses partisans. Le goût du public, toujours curieux de nouveauté, évolue et, peu à peu, le succès vient à l'auteur anathémisé. Au début des années 1890, il donne "Impressions & Opinions", suivi de "Modern Painting", qui n'ont rien de scabreux et font connaître la révolution impressionniste aux sujets de la reine Victoria.

Du romancier irlandais, on citera encore "A Drama In Muslin / Un Drame en Mousseline", satire sociale sur le mariage et les filles qui ne parviennent pas à trouver chaussure à leur pied, et "Esther Wasters", dont l'héroïne, demeurée célibataire, finit par avoir une aventure avec un valet de pied. A ne pas oublier, son recueil de nouvelles : "Celibates."

En 1901, Moore regagne l'Irlande pour s'installer à Dublin. Il s'implique à fond dans la vie littéraire et artistique de l'époque et tiendra un rôle important dans le renouveau littéraire irlandais. De cette décennie datent "The Untilled Field", second recueil de nouvelles traitant des interférences de la religion dans la vie rurale et des possibilités offertes par l'immigration, ainsi qu'un roman : "The Lake."

Moore continuera à écrire poèmes et pièces de théâtre jusqu'à sa mort, survenue le 21 janvier 1933, dans sa maison de Londres. Son dernier roman, "Aphroditis in Aulis", était sorti trois ans plus tôt. Converti au protestantisme depuis 1903, il ne légua rien à son frère, Maurice, avec qui il était brouillé depuis lors. A sa demande, il fut incinéré à Londres mais ses cendres furent enterrées à Castle Island, au large de l'Irlande, en un lieu où l'on voit encore les ruines de la demeure familiale de Moore Hall.

Souvent considéré comme le premier grand romancier irlandais moderne, George Moore influença fortement James Joyce. Néanmoins, il est peu connu en France et, si vous voulez vous faire une idée de ses oeuvres, il vous faudra sortir vos livres d'anglais. george - George Moore Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Jeu 21 Jan - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65657
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

george - George Moore Vide
MessageSujet: Re: George Moore   george - George Moore Icon_minitimeJeu 21 Jan - 16:15

george - George Moore George11

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

George Moore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -