Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Mer 24 Fév - 16:18



Si Shi Tong Tang
Traduction : Jing-Ji-Xiao (T. 1), Chantal Chen-Andro (T. 2 & 3)

Extraits

Notre Avis


La Famille Qi :

Le Vieux Qi :

C'est l'Ancêtre, le Patriarche, l'arrière-grand-père. C'est lui qui, jadis, a acheté la maison sise dans le Petit-Bercail et qui, à l'heure où débute le roman, abrite également son fils et sa belle-fille, leurs trois fils, leurs deux belles-filles et leurs deux petits-enfants.

Il symbolise la figure paternelle chinoise-type, pétrie des vieux usages et anciennes coutumes. Au début, l'entrée des Japonais dans Pékin ne l'émeut guère : naïf et confiant en son pays, il pense que, au bout de trois mois, tout sera réglé et l'occupant, reparti chez lui.

En dépit de son grand âge, lui aussi évoluera tout au long du roman, passant d'un point de vue pacifiste à un désir d'en découdre, d'une manière ou d'une autre, avec les Japonais.

Qi Tianyou :

Fils unique du Vieux Qi, il gère avec succès et depuis de longues années une boutique de tissus et soieries qui sera ruinée lorsque le gouvernement japonais imposera certaines lois bridant le commerce. C'est un personnage qu'on voit peu mais, lorsqu'il apparaît, il nous semble aussi proche en fait de son père que de son fils aîné, Ruixan. Tous trois possèdent le même sens du devoir, des obligations familiales. Ils sont dépourvus d'audace comme de malice et privilégient le bon sens, la raison. Ils s'apercevront trop tard que, en temps de guerre, la raison n'a pas droit de cité.

Après avoir été traité publiquement de marchand véreux par les Japonais, Tianyou se suicide.

Mme Qi Tianyou :

Epouse du précédent, elle est de faible santé et, dès les premières pages, nous apprenons qu'elle vit le plus souvent alitée. C'est avec chagrin et inquiétude qu'elle verra s'en aller son benjamin mais ces sentiments n'auront pas la violence du mépris avec lequel, surtout après le suicide de son mari, elle considérera son cadet, Ruifeng le Renégat.

Qi Ruixan :

Sa qualité de fils aîné lui impose de placer avant toute chose son devoir envers sa famille et ses ancêtres. De nature calme et raisonnable, ce personnage parfaitement équilibré envisage tout d'abord avec étonnement, puis avec un dégoût croissant et une haine d'autant plus redoutable qu'elle se force au silence, l'attitude de l'occupant et celle des Chinois collaborateurs. Toutefois, jusqu'au bout, il ne cessera de considérer Ruifeng comme son frère, se faisant même violence pour le tolérer sous le toit familial.

Avec celui de M. Qian et ceux du couple Guan, son caractère est sans doute celui que Lao She a le plus subtilement analysé.

Qi Yunmei :

Epouse de Ruixan, elle ne possède pas le même niveau intellectuel. Mais c'est une compagne dévouée et une belle-fille sur laquelle ne saurait s'abattre le blâme. En tant que femme du fils aîné, c'est à elle qu'appartient la responsabilité d'assurer le bon fonctionnement de la maison familiale. On devine sans peine combien mal, sous les pressions conjuguées de l'occupant, du rationnement, de la famine et sous le poids de la coutume qui veut qu'elle fasse également bon visage au parasite qu'est son beau-frère Ruifeng, elle vivra cette période troublée.

Caractère pondéré et attachant, Yunmei est de ces femmes fortes qui, en dépit des coups du sort, ne se laissent jamais abattre.

Petit Shunr & Niuzi :

Fils et fille de Ruixan et de Yunmei. Le premier survivra à l'occupation, la seconde, plus jeune, plus fragile, n'aura pas cette chance : elle mourra de malnutrition.

Qi Ruifeng :

Le cadet de la famille Qi est le type-même de l'opportuniste à qui sa ruse sert d'intelligence. A peine les Japonais ont-ils mis les pieds dans Pékin qu'il n'a qu'un objectif : se mettre bien avec eux afin de conserver son poste d'économe dans un lycée. Pour ce faire, il est prêt à ramper à peu près devant tous ceux qui, désormais, détiennent le pouvoir - et il est prêt également à devenir un agent de la propagande nippone.

Parasite-né, il déçoit énormément les siens,
sauf peut-être ses deux neveux, trop jeunes pour comprendre bien des choses. Le pire, c'est peut-être que Ruifeng trouve son attitude tout à fait normale et justifiée.

Chrysanthème :

L'épouse de Ruifeng passe si vite dans le camp de l'occupant et s'empresse si tôt de modifier son prénom chinois pour adopter un nom plus conforme au nouveau pouvoir, que le lecteur finit par ne plus se rappeler le premier.

Tout ce qu'on sait d'elle, c'est que, par nature, elle est plutôt dodue mais indolente. Une seule chose semble l'intéresser : l'argent. Faible par nature, Ruifeng n'écoute qu'elle et vit un drame véritable quand elle le quitte et divorce pour son supérieur hiérarchique au lycée, l'ignoble Lan Dongyang.

Fort heureusement, le couple n'a pas d'enfants.

Qi Ruiquan :

Le benjamin des trois frères est encore à l'université lorsque débarquent les Japonais. Jeune, sans attaches officielles et sans obligations exceptionnelles envers sa famille, il brûle de rejoindre la Résistance qui, déjà, s'organise à l'extérieur de Pékin. Son frère aîné l'y encourage et, avec l'aide d'un voisin, M. Li, s'arrange pour qu'il puisse sortir sans dommages de la ville.

Déclaré officiellement mort, Ruiquan ne réapparaîtra qu'aux deux tiers du roman, amaigri, mûri et agent actif des résistants. Cet idéaliste sait désormais tuer sans états d'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Ven 26 Fév - 14:41

La Famille Qian :

Qian Moyin :

Le patriarche de la famille Qian est un lettré et un poète. Au début de la fresque, c'est un personnage un peu lointain, qui ne se préoccupe que de ses livres et de ses fleurs. L'arrivée des Japonais ne le trouble pas car, homme sensé et raffiné, il estime qu'on peut tout résoudre par le dialogue.

Aussi, quand l'occupant vient l'arrêter à son domicile au prétexte que l'un de ses fils est responsable d'un attentat perpétré contre des militaires nippons, Qian Moyin tout d'abord ne comprend pas. En prison, il endure tortures et humiliations avec courage mais aussi avec effarement : pour lui, c'est comme si la Folie avait fait irruption dans son monde.

Le choc est si rude que, dans un premier temps, relâché par les Japonais, il sombre dans une dépression encore accrue le décès de ses deux fils et le suicide de son épouse. Mais, tout au fond de cet intellectuel paisible et esthète, existe une réelle force de caractère qui va lui permettre de rebondir de façon inattendue et faire de lui l'un des tenants de la Résistance chinoise.

Mme Qian :

Archétype de l'épouse chinoise respectable et respectée, toujours dans l'ombre de son mari, Mme Qian cherche désespérément à protéger celui-ci, puis leur fils aîné, Mengshi et leur belle-fille, laquelle attend un heureux événement. Pour le fils cadet, Zhongshi, elle ne peut plus rien : il a déjà choisi son destin.

Hélas ! Les Japonais pour M. Qian et la maladie pour Mengshi auront sans effort raison de Mme Qian. Lassée de tout, ne supportant pas l'idée de ses deux fils morts, elle se suicide sur le cercueil de son fils aîné.

Qian Mengshi :

Professeur dans un lycée de Pékin, il coule une vie heureuse et simple sous le toit familial jusqu'à ce que les Japonais fassent irruption dans la vie de son père. Au moment de l'arrestation de celui-ci, il souffre d'une forme de gastro-entérite qui s'aggrave considérablement les jours suivants et, mal soignée, le mène au tombeau. Face à la tourmente de l'occupation japonaise, la vie ne lui aura pas laissé le temps d'assumer ses responsabiités de fils aîné et principal soutien de ses parents.

La jeune Mme Qian :

Epouse de Mengshi, elle est la fille de M. Jin, un agent immobilier. Bien qu'enceinte, elle tente de faire face aux catastrophes qui s'abattent sur la famille Qian mais le suicide de sa belle-mère la laisse complètement désarmée.

Qian Moyin la confie en définitive, avec l'enfant qu'elle porte, à M. Jin, puis il part rejoindre la Résistance chinoise.

Qian Zhongshi :

On ne le voit pas, on ne sait même pas si son geste - précipiter dans un ravin le camion de militaires japonais qu'il conduisait - est le fruit d'une inspiration personnelle ou une action préméditée de la Résistance. A moins qu'il ne s'agisse tout simplement d'un accident ...

Pourtant, c'est de ce personnage qu'on ne voit jamais et de ce geste au fond énigmatique que découlent tous les problèmes de la famille Qian. Invisible mais aussi présent que certains spectres du théâtre shakespearien, Qian Zhongshi peut être assimilé à l'agent du Destin.

M. Jin :

Père de la jeune Mme Qian, cet homme pratique et bon enfant voue une grande amitié à Qian Moyin. Solide, assez habile pour maintenir ses affaires en forme tout en évitant aussi bien de collaborer avec les Japonais que de se mettre ceux-ci à dos, il constitue le point de repère du grand bon sens au coeur d'une époque devenue folle.

Jin Chen Yeqiu :

Fils de M. Jin et frère de la jeune Mme Qian, Chen Yeqiu n'a pas moins de quatorze enfants qu'il lui faut bien nourrir. En temps normal, sa position de lettré lui aurait suffi pour ce faire. Mais l'occupation va compliquer singulièrement sa tâche. Il n'y survivra pas.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Lun 1 Mar - 16:04

La Famille Guan :

Guan Xiaohe :

Chez les Guan, il n'y a pas de patriarche et on ne parle pas des ancêtres. Le chef de famille officiel, c'est Guan Xiaohe, un ancien fonctionnaire au physique avantageux, qui rêve évidemment de retrouver un poste similaire, voire supérieur à celui qu'il occupait. Pour ce bel homme suffisant et persuadé des innombrables qualités que la société chinoise n'a pas su déceler en lui, l'irruption des Japonais à Pékin et dans la Chine du Nord-Est est pain béni.

Il y a, chez ce personnage, une onctuosité quasi ecclésiastique et une facilité si confondante à se proposer comme paillasson qu'elle en frôlerait presque le génie.
Epoux par obligation - la tradition l'exigeait - il a profité de ce que sa femme ne lui avait pas donné de garçon pour prendre une concubine. Père indifférent, il ne voit, en ses filles, que ce qu'elles peuvent apporter à son confort. Son confort matériel est d'ailleurs la seule et véritable idole de Xiaohe. Quant au confort moral, aussi étrange que cela puisse paraître, il ne sait même pas ce que ça veut dire : ne comptent pour lui que les apparences, les plats riches, les objets précieux et les journées consacrées au plaisir. C'est l'un des personnages les moins pourvus sur le plan spirituel que la littérature mondiale ait jamais créé. Sa fin sera à l'image de sa vie - et de sa personnalité.

La "Grosse Courge Rouge" :

Le lecteur n'apprendra jamais son véritable nom. Grande, massive, le verbe haut et flamboyant, aimant à se trouver au premier plan, la Grosse Courge Rouge est le véritable chef de la famille Guan. Qu'on apprécie ou pas son personnage, on ne peut lui dénier l'intelligence, qu'elle possède à un aussi haut degré que la ruse. Son seul défaut, celui qui la fera sombrer, est peut-être son extraordinaire confiance en elle.

Monolithique dans ses sentiments, la Grosse Courge Rouge ne se montre humaine qu'envers sa fille cadette, dont la beauté flatte son orgueil et pour laquelle elle imagine le meilleur avenir. Sinon, tous les autres, à commencer par sa fille aînée, elle les déteste ou elle les méprise - et si on la laissait faire, elle les vendrait au plus offrant.

Elle est monstrueuse de haine, de vulgarité et d'arrivisme et pourtant, le lecteur ne peut s'empêcher d'admirer la fermeté de son caractère et la solidité de pilier de son caractère. Sa disparition, à la fin du premier tome, est vécue comme un vide brutal et troublant, qui préfigure la dislocation inéluctable du clan.

Guan Gaodi :

Timide, inhibée par son manque de beauté, Gaodi est radicalement différente des autres Guan. On le devine dès le départ car elle est la seule à aller s'excuser auprès de M. Qian, lorsque celui-ci est dénoncé par Guan Xiaohe. Après la fuite de You Tongfang, la concubine de son père, avec laquelle elle s'entendait bien, après la mort de sa mère, elle se retrouve seule responsable de la famille. C'est pour elle l'occasion d'affirmer sa personnalité sérieuse, raisonnable et, dans le fond, aussi solide que celle de sa mère. Pour favoriser la Résistance chinoise et sur les conseils de Qian Moyin, elle infiltrera les services de renseignements japonais, rachetant ainsi, dans une certaine mesure, l'attitude collaborationniste du reste de sa famille.

Guan Zhaodi :

Elle est belle, très belle mais, en tous les cas au début, aussi sotte qu'un pot vide. De son père, elle tient le goût effréné des plaisirs matériels et leur recherche occupe tout son temps.

La mort de sa mère et plus encore la pauvreté dans laquelle se retrouve alors sa famille la forcent cependant à prendre conscience de la précarité qui règne alors en Chine. Pour y échapper, elle se mettra au service des Japonais et acceptera d'espionner pour eux. Sa fin sera aussi tragique que celle de ses parents.

Yu Tongfang :

La seconde épouse de Guan Xiaohe a accepté d'épouser celui-ci parce qu'il lui assurait une vie plutôt confortable. Mais elle n'a jamais eu d'illusions sur le personnage.

L'accession de la Grosse Courge Rouge au poste de Chef du centre de contrôle des prostituées la place dans une position dangereuse puisque la Première épouse tient désormais suspendue au-dessus de sa tête la menace d'un enrôlement forcé dans les rangs des "femmes de réconfort" pour les troupes japonaises. Elle prend alors la décision de s'enfuir loin des Guan, tout d'abord avec Gaodi, puis sans celle-ci, qui ne parvient pas à franchir le pas.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Jeu 4 Mar - 16:40

Autour de la Famille Qi : les Voisins :

Li (Monsieur & Madame) :

Déménageur professionnel, M. Li est aussi un spécialiste des enterrements et des rites funéraires. C'est lui par son entremise et grâce à sa ruse que Qi Ruiquan parviendra à quitter Pékin envahi pour rejondre les troupes de la Résistance.

Mme Li, est, comme son mari, une sorte de bon ange du quartier. Extrêmement charitable, elle s'arrange toujours pour veiller sur les plus faibles et les plus démunis.

Petit Cui & sa femme :

Tireur de pousse de son état, Petit Cui n'a pas la langue dans sa poche. Bien qu'il lui soit attaché, il lui arrive un peu trop souvent de frapper sa femme. Il subit alors les remontrances des Li. Il aura la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et sera exécuté pour l'exemple par les Japonais.

Devenue veuve, sa femme se remariera avec Cheng Changshun.

Cheng Changshun :

Orphelin, il a été élevé par sa grand-mère maternelle, la veuve Ma
. C'est un esprit un peu simple qui, au début de l'histoire, gagne sa vie en promenant tout le jour un phonographe à travers les rues de la ville et en faisant entendre aux passants les airs populaires qu'ils apprécient. Au besoin, il peut les chanter lui-même.

Son mariage avec la veuve de Petit Cui autant que l'Occupation japonaise le fera accéder à une maturité certaine.

Ma (La Veuve) :

Grand-mère du précédent, c'est une vieille femme au caractère pratique qui se fait bien du souci pour son petit-fils, lequel réussira finalement mieux qu'elle ne s'y attendait.

Sun (Maître) :

Barbier du Petit-Bercail, il aime bien les bagarres et la dispute - surtout avec Petit Cui et Maître Liu.


Liu (Maître) :

Artisan tapissier. Compère inséparable du précédent.

Wen (Le jeune Monsieur) et sa femme, Wen (Ruoxia):

Leurs familles ayant sombré dans la misère, ils gagnent leur vie en tant que chanteurs d'opéra. Ce sont des personnages raffinés, que leur éducation et leur mode de vie placent au départ un peu en retrait des autres familles du Petit-Bercail. Mais la solidarité contre les Japonais va resserrer leurs liens avec leurs voisins plus humbles. Tous deux mourront, ensemble comme ils avaient vécu, victimes eux aussi de l'Occupant.

John Ding :

Domestique à l'Ambasade de Grande-Bretagne, ce personnage symbolise, pour Lao She, tous les Chinois amoureux de l'Occident. Caractère des plus ambigus, John Ding semble refuser, a priori, tout ce qui fait de lui un Chinois. Quand les Britanniques seront contraints de quitter Pékin, il sera capable d'envisager sans aucun état d'âme un rapprochement avec les Japonais. Non par opportunisme ou esprit de collaboration mais parce que les Japonais auront prouvé (tout au moins en apparence) qu'ils sont supérieurs aux Chinois.

Baï (Le chef de police) :

Il n'habite pas vraiment au Petit-Bercail mais il est, depuis des lustres pourrait-on dire, le policier délégué à la surveillance du quartier. Aussi entretient-il avec toutes les familles du coin une relation quasi paternelle car le chef de police Baï est un brave homme.

Contraint d'obéir à l'Occupant, il s'arrange toujours pour éviter au maximum les problèmes à ses amis. Mais, évidemment, il n'y parvient pas toujours ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Ven 5 Mar - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
kako
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Scorpion Chat
Nombre de messages : 1275
Age : 55
Localisation : bretagne
Emploi : papa au foyer/ouvrier serriste
Loisirs : spectateur épicurien
Date d'inscription : 14/11/2009

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Jeu 4 Mar - 17:55

Petit Cui et sa femme grande Cuite surnommée "Jeanne d'Arc", qui l'eût cru ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kakoworld.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Jeu 4 Mar - 18:39

Kako:
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Ven 5 Mar - 21:01

Je ne dirai rien parce que le nom du malheureux petit Cui m'a tout de suite évoqué le "cuicui" des oiseaux ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   Ven 5 Mar - 21:44

Autres Personnages :

Goodrich (Mr) :

Diplomate et résident quasi permanent à l'Ambassade de Grande-Bretagne, il a enseigné l'anglais à Qi Ruixian. Quand celui-ci perd son poste de professeur, Mr Goodrich se met en quatre pour lui dénicher une autre situation, à ses côtés, à l'Ambassade.

Bien que foncièrement dévoué à son pays natal, Mr Goodrich apprécie la Chine et le mode de vie de ses habitants. Aux yeux de Lao She, il reste cependant l'Occidental qui, bien que motivé par les meilleures intentions du monde, ne parvient pas pleinement à saisir le drame sino-japonais.

Li (Kongshan) :

Ancien militaire rigide et borné, c'est une relation des Guan. La Grosse Courge Rouge pense même un temps à lui faire épouser Gaodi. Grossier, guidé par sa seule recherche de tous les plaisirs terrestres, il collabore avec l'Occupant.

Lan (Dongyang) :

Pour définir ce sinistre personnage, rien ne vaut le titre du film d'Ettore Scola : "Affreux, sales & méchants" mis au singulier. Ce type est en effet infâme. A un tel degré, on ne rencontre guère que Uriah Heep chez Dickens et Smerdiakov chez Tolstoï. Encore l'un et l'autre possèdent-ils plus d'intelligence que la triste créature de Lao She, et leurs créateurs respectifs ne les ont-ils pas fait crouler sous le joug final d'un manque absolu d'hygiène.

Gao (Yituo)

La Grosse Courge Rouge a un faible pour ce parasite habile et futé. Il collabore sans vergogne mais ne recherche que son profit personnel.

Vieille Dame Japonaise (La) :

Quand le domicile de la famille Qian se vide de ses habitants, la maison se trouve réquisitionnée pour deux familles japonaises. La Vieille Dame est la matriarche de l'une de ces familles. Elle ne parle pas chinois mais parvient à converser en anglais avec Qi Ruixan, qui sera le premier à faire sa connaissance et à comprendre que tous les Japonais ne sont pas des foudres de guerre aveuglés par l'orgueil et la haine.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She   

Revenir en haut Aller en bas

Quatre Générations Sous Un Même Toit - Lao She

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Petit Répertoire des Personnages Dans Les Oeuvres Lues -