Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Gabriel García Márquez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Gabriel García Márquez   Sam 6 Mar - 14:51

6 mars 1928, Aracataca (Colombie) : naissance de Gabriel José de la Concordia García Márquez, dit Gabriel García Márquez, nouvelliste & romancier, Prix Nobel de Littérature 1982.

Elevé par ses grands-parents maternels, dans le milieu de la petite bourgeoisie, il obtient une bourse qui lui permet d'être inscrit au pensionnat de Barranquilla, à l'âge de douze ans. Elève considéré comme particulièrement doué, il passe au Liceo Nacional que tiennent les jésuites à Zipaquirá. Bachelier à dix-huit ans, il part étudier le droit et le journalisme à l'Université nationale de Colombie, à Bogotá.

Sa première nouvelle, "La Troisième Résignation", paraît en 1947, dans "El Espectador". Ce sera la première d'une très longue série.
Mais l'assassinat du leader politique Jorge Eliécer Gaitan, il doit quitter l'université et rejoint sa famille, à Carthagène.

Devenu journaliste pour le compte de l'"Espectador", il part, en qualité d'envoyé spécial, pour Genève, Paris, Rome, puis Barcelone. En 1958, il visite la RDA et la Hongrie, revient sur Paris, passe à Londres et Caracas puis retourne en Colombie pour se marier.

Après la révolution cubaine, il ouvre, à La Havane, un bureau d'agence d'informations : "Prensa Latina." Mais, en 1961, il démissionne de ses fonctions et part s'installer à Mexico où il se met à l'écriture de scenarii tout en continuant celle de nouvelles. Enfin, en 1965, il met en chantier son roman le plus connu, que beaucoup tiennent pour son chef-d'oeuvre : "Cent Ans de Solitude."

Le roman sort en 1967 à Buenos Aires, en Argentine et son succès est fulgurant. Il sera traduit en plus de trente-cinq langues.
Un an plus tard, García Márquez s'établit à Barcelone où il demeure jusqu'en 1974. Il y fonde l'hebdomadaire "Alternativa". En 1978, il créera aussi la fondation "Habeas" pour la défense des Droits de l'Homme et celle des prisonniers politiques en Amérique du Sud.

On peut se demander comment ces dernières institutions peuvent se satisfaire du soutien indéfectible, tant moral que financier, apporté par l'écrivain à la dictature de son ami, Fidel Castro ... Mais passons.

Pour en revenir à l'oeuvre littéraire de García Márquez, on citera encore "Chronique d'une Mort annoncée" en 1981, "L'Amour au temps du choléra" en 1985 ou encore "Le Général dans son Labyrinthe", en 1989, dont le héros n'est autre que le célèbre Bolivar. Notons aussi que, en 2002, est paru le premier livre de ses mémoires - une trilogie est prévue. En revanche, selon son agent qui l'a officiellement annoncé le 31 mars 2009, García Márquez a désormais décidé de mettre fin à sa prolifique carrière.

García Márquez est considéré comme l'un des maîtres, sinon comme l'initiateur du "réalisme magique", courant littéraire propre à l'Amérique du Sud, qui se caractérise par un souffle épique et une écriture truculente et particulièrement riche. Au centre, toute l'Histoire de ces pays tourmentés avec ses faits les plus marquants mais aussi les contes, les fables, les mythes et tout le folklore inhérents à ces civilisations certes hispanophones mais qui n'ont pas renié leur héritage amérindien.


García Márquez sur Nota Bene.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Sam 6 Mar - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Gabriel García Márquez   Sam 6 Mar - 15:06


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Gabriel García Márquez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -