Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Le brevet des écoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 7:40

... Sur RTL hier "On refait le monde" (christophe Hondelatte) j'ai entendu qu'il était question de supprimer le brevet des écoles (BEPC anciennement)...
Et je me suis dit ceci : "pour ma part, je n'ai (je ne suis titulaire) que d'un BEPC passé à la fin de la classe de 3ème à l'âge de 16 ans en 1964...
Lorsque je dois (dans un dossier ou formulaire par exemple) indiquer mes "diplômes" (ou niveau d'études) jamais/jamais je n'avance un "modeste BEPC" (dans un monde où aujourd'hui la plupart des gens âgés de moins de 40 ans ont presque tous le bac et ont fait au moins 1 ou 2 ans de fac sinon plus)...
Je dis et écris (en général) " niveau études secondaires"... (je ne vais pas dire "formation universitaire" parce que si c'était le cas, je dirais "Bac plus kèk'chose"... Et j'ai pas le Bac... )
Si je disais "BEPC" on me rirait au nez ! Et je vais vous dire (à vous, en toute confidence, parce que vous, sur ce forum, vous êtes des "gentils") je vais donc vous dire une bonne chose entre nous : "dans le monde où l'on vit, y'a des fois dans certaines situations vis à vis de certaines personnes, il faut pas hésiter à rouler un peu ses mécaniques, parce que sinon tu te fais enterrer de première, (ou complètement écrabouiller par des cons qui eux, te martèlent qu'ils ont fait ceci/cela dans la vie, et te prennent pour un demeuré)...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65590
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 12:13

C'était un BEPC de 1964, Guy, donc un niveau largement supérieur à celui de l'examen qui y correspond aujourd'hui.

A une époque - fin des années soixante-dix, je crois car, pour ma part, j'ai encore passé cet examen - on l'obtenait si on avait une bonne moyenne. Puis, on en a refait une obligation. Aujourd'hui, à nouveau, on parle de le supprimer.

... Isolé sur son Ile de l'Arrogance, le Mammouth Sacré feint ici de remuer un peu.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 14:04

Ouh ! mais le BEPC n'était pas si facile que ça à décrocher dans les années soixante ( et avant). Les collèges mettaient souvent un point d'honneur à la réussite de leurs élèves ; les préparations étaient très sérieuses. De plus, à l'époque, le directeur d'établissement ou le surveillant général n'hésitaient pas à donner de soigneuses torgnoles aux récalcitrants, assorties de quelques heures de colle. L'éducation était ainsi complète ; on se prend souvent maintenant à la regretter.

Pas de honte à avoir, Messieurs, pas de honte.
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65590
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 15:38

Nous sommes d'accord, mn cher Mile. Donc, Guy, pas de complexe et sus au Mammouth Sacré !
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 16:11

Je suis bien d'accord avec vous. Que ce soit le certificat d'études ou le BEPC, cela n'a rien, mais alors rien à voir avec les diplômes de maintenant. Il n'y a qu'à voir les programmes de l'époque (complets) et ceux de maintenant (sans commentaires), les sujets de l'époque et les sujets actuels ... Il n'y a donc aucune honte à avoir, bien au contraire. Yugcib, sois fier de ton diplôme !
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 18:29

... C'est pas que je veuille "rouler les mécaniques" mais merde! : en 1964 en classe de 3ème M2 au lycée Victor Duruy de Mont de Marsan, quand j'ai passé le BEPC voici (si mes souvenirs sont exacts) les notes que j'ai obtenues dans les principales matières : 15 en composition Française, 16 en Mathématiques (soit dit en passant pour un "nul" en maths j'avais eu en 3ème le 1er prix de Mathématiques)... D'ailleurs dans cette classe de 3ème à l'âge de 16 ans j'étais un "phénomène" (rien que des 1er prix, des Félicitations du conseil de classe... Des "grands" de 1ère et Terminale me demandaient mes brouillons de composition Française... Mais j'étais aussi un "pitre", je faisais le clown aux récrés, et j'organisai des "discussions philosophiques" avec quelques copains et je faisais de drôles de dessins... Et au réfectoire (j'étais pancu) je bouffais des "un plat et demi de petits pois" (on m'appelait Gargnatua)
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 18:41

yugcib a écrit:
Et au réfectoire (j'étais pancu)
Que veut dire "pancu", Yugcib ?
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 21:12

... "Pancu" ça veut dire pensionnaire (ou interne) dans un lycée, un collège, un établissement d'enseignement... Ainsi le "Pancu" (l'expression n'est pas de moi) dort dans un dortoir, prend ses repas dans un réfectoire (petit déjeûner, déjeuner et dîner), va en étude après les cours... Il ne rentre chez lui, dans sa famille, que le samedi après les cours, et parfois même (c'était mon cas parce que j'aimais être avec les copains) il reste au lycée le dimanche (mais le dimanche on se levait qu'à 8h, étude de 9 à 11, et grande sortie libre de 13h à 20h)... De "mon temps" c'était super : j'avais des tas de copains gentils, des profs intéréssants (dont des femmes jeunes et chic), la bouffe était bonne, des pions "pas trop chiants" et on jouait à des tas de jeux (sport, rugby, "paillasse", pelote basque, dames, échecs, et y'avait la télé au foyer où on passait le samedi soir (les internes qui rentraient pas chez eux)... Une vie de rêve, vachement relationnelle, comme j'aimais.. j'ai vécu ça au lycée Victor Duruy, de 14 à 19 ans, entre 1962 et 1967, à Mont de marsan...
Le dimanche après midi, on allait au Ciné voir les nouveaux films qui sortaient, et le matin entre 11h et midi... il m'est même arriver d'aller à la messe (mais uniquement pour zieuter et me régaler des "filles chic" super bien sapées avec de jolis visages)...
... De "Pancu", dérive "demi-pancu" c'est à dire demi-pensionnaire...
... A Victor Duruy, les externes étaient plutôt des "coincés", des fils à papa, riches à crever, de bonne famille et "assez chiants" en général... (on les fréquentait pas beaucoup)... Nous les "pancus", on était en blouse grise... On était tous (selon le Zou, le surveillant général, et l'Ours, le proviseur)... des "cas", nous les "pancus"...
Mais putain, qu'est-ce qu'on a rigolé !
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65590
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 21:33

L'internaute qui passe constatera que, bien que nous soyons tous d'opinion politique différente, nous sommes d'accord sur un point : la baisse de niveau voulue et imposée par les gouvernants avec la complicité du Mammouth Sacré.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 22:31

... Ecrasons, écrabouillons, ébouillantons les iNFAMES, le mAMMOUTH sACRE, les vASES sACRES (tous les vASES sACRES)... et l'Odieux bON dIEU... Place nette! Et "du balai" les politiques, les économistes, et les BAC + n qui pètent devant le frigo qui baille et rotent dans le potage des poètes et font des participes passés en "er"...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Ven 2 Avr - 23:07

Je viens d'apprendre que j'ai été "pancu" pendant quatre ans dans un collège rustique du Morvan où il arrivait que le directeur vous dérouille à grands coups de savatte. Les brosses à tableau, les craies volaient à travers la classe pour réveiller les somnolents, parfois secoués comme des pruniers par le prof en colère apparente ( ou réelle ). C'est là que j'ai appris, entre autres, qu'à la question : " Qu'est-ce que tu fais là ? ", il ne faut jamais répondre "Rien, m'sieur" car la suite est : " C'est justement ce qu'on te reproche " ponctuée par un aller-retour bien sonnant.

Vive les " pancus" !
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Sam 3 Avr - 11:41

Merci Yugcib pour la définition. Je me doutais un peu du sens par rapport à ton texte. Je ne connaissais pas du tout ce mot (je ne pourrai plus le dire !)
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Sam 3 Avr - 17:58

... Un jour, je me déciderai à présenter un florilège de mots, néologismes, locutions et petites formules du registre Yugcibien... Ainsi d'ailleurs que quelques formes "grammaticalement incorrectes" tout aussi Yugcibiennes mais à sonorités éloquentes ou utilisées dans un contexte particulier...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Sam 3 Avr - 20:42

Excellente idée ! un dictionnaire franco/yugcilandais.
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1947
Age : 72
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Mar 19 Juil - 9:47

Puisque vous ouvrez la porte des souvenirs, voici une évocation de mon BEPC en juin 1962.

Je suis dans la cour du collège de filles d'Épernay avec mes camarades du collège de Dormans venues affronter les épreuves du BEPC. Il fait beau. Le ciel est bleu. Une brise fraîche et douce nous caresse le visage. Je suis un peu anxieuse mais confiante car deux ans plus tôt j'ai passé le" certif" pour m'entraîner. Oh je sais, j'ai l'air un peu godiche avec ma natte, mes lunettes et ma blouse impeccable qui cache les vêtements réajustés , offerts par une tante concierge dans un immeuble parisien. Elle récupère les frusques des locataires et nous en faisons nos choux gras. Quelle aubaine ! Les copines du collège ont une blouse aussi et la question vestimentaire ne nous tracasse pas. Nous avons beaucoup travaillé : mathématiques avec le directeur, dictées et questions ,en veux-tu en voilà, suivies de corrections détaillées avec le prof de français, sans compter les explications de textes à préparer à la maison, ou les nombreux exercices écrits et oraux d'anglais avec un jeune professeur revenant de Cardiff. Nous n'avons pas chômé de la sixième à la troisième et ce petit collège de campagne ouvert en 1958 doit faire ses preuves auprès de l'opinion publique, des élus pas toujours convaincus de sa nécessité, et de la hiérarchie de L'éducation nationale.
J'ai juste un peu la trouille c'est tout. Je rêve, je regarde les autres candidates qui attendent comme moi et je remarque soudain une belle fille en robe d'été qui se tient à l'écart. Elle est grande et bien faite. J'envie sa poitrine haute et ferme et ses cheveux ondulés sur ses épaules. Comme je voudrais lui ressembler. Pourtant son beau visage me semble triste et ses beaux yeux plus tristes encore, comme effarés. Je me dis qu'elle a peur, bien plus peur que moi et machinalement je lui souris.
Alors elle s'approche :
- Bonjour. Est-ce que tu veux bien m'expliquer comment ça se passe ?
- Tu ne connais pas les épreuves ?
- Non, je ne sais rien et je n'ai pas de livre pour l'anglais.
- Tu n'as pas de livre, ni une liste de textes étudiés signée par le prof ?
- Non j'ai rien.
L'indignation m'envahit. Comment des professeurs peuvent-ils se soucier aussi peu de leurs élèves ? Ça ne se fait pas ! Ce n'est pas possible quand même!
- Mais tu viens d'où ?
- D'Alger.
- Et dans ton collège, on ne t'a rien expliqué, on ne vous a pas préparées aux épreuves ?
- Si, on avait commencé mais le collège a fermé il y a trois mois et il a fallu que je revienne en France parce que c'était dangereux de rester.
- Et quand es-tu arrivée en France ?
- La semaine dernière.
La guerre que je croyais si loin est donc arrivée jusqu'à moi. La folie de la haine et de la violence a traversé la Méditerranée chassant cette adolescente qui m'interroge sur cet examen qu'elle n'a pas pu préparer sérieusement. Je pense à mon frère envoyé dans la région de Constantine pour surveiller une ferme. Je lui écris régulièrement. Il me manque ce grand-frère qui m'a toujours protégée. Protégée,oui je l'ai été, entourée, aussi. Encadrée dans ma scolarité surtout. Je n'ai jamais eu d'argent de poche. Je ne possède pas de transistor pour écouter "Salut les copains " chaque soir " après les cours. Il n'y ferait pas bon et je n'y pense même pas car je suis la première de toute la fratrie à bénéficier de l'enseignement secondaire. J'aurais l'impression de trahir toute ma famille si j'écoutais la radio dans ma chambre au lieu de faire mes devoirs et d'apprendre mes leçons. cela ne m'empêche pas de fredonner les chansons à la mode et d'autres plus anciennes. Mes parents aiment chanter. Ma mère surtout, elle chante toujours en épluchant les légumes ou en raccommodant. A ce propos, justement, les jolies robes à la mode restent dans les vitrines car Maman a toujours su tirer profit d'un coupon de tissu pour tailler la toilette du dimanche. Je comprends brusquement que j'ai eu tout ce qu'il fallait. Et devant cette belle fille complètement perdue me voilà forte tout d'un coup. Alors je joue à mon tour la grande sœur rassurante :
-T'inquiète pas. je vais t'expliquer. Pour le livre d'anglais , je te prêterai le mien. Je te montrerai des textes pendant la pause de midi et tu diras à l'examinateur que ce n'est pas de ta faute.

C'était un matin de juin 1962. Je n'ai jamais revu cette belle fille au regard perdu, noyé d'angoisse qui m'a appris dans sa détresse que j'avais eu bien de la chance dans mon petit collège tranquille de campagne. Je ne l'ai jamais revue mais je n'ai pas oublié son sourire quand elle s'est installée non loin de moi dans la salle d'examen où le hasard nous avait réunies et j'ai encore dans la bouche la fraîcheur de la pastille Pulmol qu'elle m'avait offerte pour me remercier. ( Lettre à marie. Editions du Lau. 2010)


Dernière édition par charpentier hélène le Mar 19 Juil - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Mar 19 Juil - 10:51

... Je trouve cette histoire très émouvante et très belle... Elle me rappelle, cette histoire, moi qui ai passé mon adolescence en Algérie, à Blida, avec mes parents, de 1959 à 1962... mon départ précipité (les évènements) de la classe de 5 ème le 11 avril 1962, mon dossier scolaire perdu, et mon arrivée quelques semaines plus tard au lycée de Mont de Marsan dans les landes, le 15 juin, (soit deux semaines avant la fin de l'année scolaire)... Le proviseur (un homme "assez atypique") me fit confiance au sujet de mes capacités, me proposa un entretien avec quelques professeurs, me fit intégrer la classe de 5 ème en "phase terminale", et je fus le seul "rapatrié d'Algérie" parmi cinq ou six autres de mon âge, à ne pas avoir redoublé sa classe (je passai directement en 4 ème)...
Il est vrai aussi (ce qui m'a beaucoup aidé) que je suis tombé dans un environnement relationnel particulièrement favorable, avec des profs "très bien", des copains super chic, que j'étais "une vedette" (si j'ose dire)... et qu'effectivement, je fis très largement la preuve de mes capacités en composition Française, en Histoire et Géographie, en sciences naturelles... et même en Mathématiques (où j'avais été nul en 6 ème)... On peut dire que l'accueil que l'on me fit alors, compensa assez largement le chagrin que j'ai eu en quittant l'Algérie où j'avais vécu trois ans avec mes chers parents...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1947
Age : 72
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   Mar 19 Juil - 14:28

Pour être tout à fait franche, j'ai mis du temps à comprendre l'ampleur et la complexité de ce rapatriement précipité. Je m'imaginais que les Français vivant en Algérie étaient tous privilégiés, plus riches que mes parents tout au moins, jusqu'au jour où j'ai appris qu'Albert Camus était d'origine très modeste et n'avait jamais oublié ce qu'il devait à son instituteur. J'ai donc cherché à en savoir davantage.
Il y a quelques années j'ai sympathisé avec une rapatriée qui me donna à lire ses souvenirs d'enfance à Alger et de toute évidence elle avait vécu heureuse mais surtout pas dans l'opulence. Elle avait enseigné comme institutrice à une classe de 50 élèves sous un hangar. Arrivée à Châlons en Champagne, elle fut accueillie fraîchement par un inspecteur qui lui fit des remarques blessantes. Devenue l'épouse d'un chirurgien, elle resta elle-même, simple et généreuse. Elle a eu le temps de rédiger et faire éditer ses souvenirs " J'ai descendu dans mon jardin " de Sylvette Leblanc qu'on ne peut trouver que chez son fils. Elle est décédée il y a 3 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le brevet des écoles   

Revenir en haut Aller en bas

Le brevet des écoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -