Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Gabriela Mistral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Gabriela Mistral Vide
MessageSujet: Gabriela Mistral   Gabriela Mistral Icon_minitimeMer 7 Avr - 18:31

7 avril 1889, Vicuña (République du Chili / Chili Actuel) : naissance de Lucila de María del Perpetuo Socorro Godoy Alcayaga, dite Gabriela Mistral, poétesse, Prix Nobel de Littérature 1945.

Elle naît dans la Cordillère des Andes, dans la vallée de Elqui, au sein d'une famille peu aisée. Son père, l'instituteur du coin, a abandonné sa mère. Celle-ci fait tous ses efforts pour que la petite Lucila suive une scolarité normale, tant dans le cycle primaire que secondaire. A quatorze ans, l'adolescente commence à gagner un peu d'argent en aidant l'institutrice du village dans ses cours.

Elle a quinze ans quand elle fait paraître ses premiers textes dans un journal local, "El Coquimbo de la Serena." A dix-sept ans, devenue institutrice, elle rencontre Romeo Ueta, un employé des chemins de fer, avec qui elle se lie mais qui se suicide en 1909. Pour la jeune fille, le choc est profond et achève probablement d'orienter son art vers les liens entre l'amour et la Mort.

D'ailleurs, en 1914, c'est avec "Sonetos de la Muerte / Sonnets de la Mort" qu'elle remporte, à Santiago, le prix des Juegos Florales. Elle adopte alors son pseudonyme, qui rend hommage à Gabriele d'Annunzio et à Frédéric Mistral, ses poètes favoris.

Au début des années vingt, le ministère de l'Education mexicain fait appel à elle pour mettre en place un nouveau système de bibliothèques et d'écoles. 1922 est aussi l'année de son recueil "Desolación", lequel va la faire accéder à la reconnaissance internationale. L'année suivante, elle publie "Lecturas para mujeres / Lectures pour Femmes", un hymne à la maternité, l'éducation des enfants et la patrie.

Revenue au Chili, elle devient professeur d'espagnol à l'Université de la capitale. Dans toute l'Europe et aux USA, on lui demande des conférences, qu'elle donne volontiers. C'est d'ailleurs à Madrid que sort "Ternura / Tendresse", un recueil de comptines aussi bien qu'une célébration du corps féminin.

De 1925 à 1934, elle vivra essentiellement en France et en Italie, participant à des actions pour la coopération intellectuelle à l'initiative de la SDN et en faisant des conférences dans diverses universités. Elle revient au Chili pour assister sa mère qui meurt en 1929. Onze ans plus tard, elle lui dédiera la première partie de "Tala."

Ce dernier volume paraît à Buenos Aires, avec l'aide de Victoria Ocampo. Les bénéfices sont reversés aux orphelins provoqués par la Guerre civile espagnole. Le thème : les racines, l'identité. Gabriela Mistral y scrute en effet ses origines basques et amérindiennes tout en évoquant la culture et le folklore des peuples sud-américains.


En 1943, la poétesse apprend le suicide de son neveu, une blessure qu'elle traitera dans le dernier ouvrage publié de son vivant, "Lagar", en 1957. Elle y déplore en outre les tensions de la Guerre froide.

Le 10 décembre 1945, elle se voit décerner le Prix Nobel de Littérature pour l'ensemble de son oeuvre, et, en 1951, le Prix Littéraire National du Chili. Mais elle passe les dernières années de son existence à Hampstead, dans l'état de New-York, où elle meurt d'un cancer le 10 janvier 1957. Elle est par contre inhumée dans son pays natal.

Tristesse, nostalgie, amour du Chili et des Andes, amour et maternité, amour et mort, préoccupation envers les plus pauvres, ces "Indios" en qui elle se reconnaissait, constituent autant de thèmes de ses poèmes. Mais sa technique comme son vocabulaire savent demeurer simples et accessibles à tous.

De nos jours, elle demeure, avec Pablo Neruda, qu'elle avait bien connu, l'un des plus grands poètes qu'ait jamais eu le Chili.
On notera qu'elle fut la première Sud-Américaine à obtenir le Prix Nobel de Littérature. Elle fut aussi l'une des premières à évoquer, dans "Lecturas para Mujeres", le statut de la femme en Amérique latine. Enfin, signalons que, parallèlement à sa carrière littéraire, elle fut un temps consul du Chili à l'étranger. Gabriela Mistral Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Jeu 7 Avr - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Gabriela Mistral Vide
MessageSujet: Re: Gabriela Mistral   Gabriela Mistral Icon_minitimeMer 7 Avr - 18:35

Gabriela Mistral Gabrie10

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Gabriela Mistral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -