Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Miura Ayako

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Miura Ayako Vide
MessageSujet: Miura Ayako   Miura Ayako Icon_minitimeDim 25 Avr - 17:17

25 avril 1922, Asahikawa (Empire du Japon) : naissance de Hotta Ayako, dite Miura Ayako, romancière et essayiste.

Elle naquit sur l'île de Hokkaïdö qu'elle ne devait pour ainsi dire jamais quitter, même après être devenue un écrivain reconnu et ceci en dépit des pressions qu'elle subit pour s'installer à Tôkyô, centre du monde littéraire japonais.

Bien que sa famille ne fût pas des plus aisées sur le plan financier, ses parents firent tout leur possible pour qu'elle-même et ses frères et soeurs ne manquassent de rien. La petite Ayako était une lectrice vorace qui se plongeait aussi bien dans les classiques japonais que dans les traductions de romans occidentaux.

Institutrice à dix-sept ans, Ayako abandonne cette profession après l'effondrement du Japon en 1945. A tort ou à raison, elle est persuadée d'avoir contribué, par son silence et l'acceptation des programmes enseignés aux enfants, au développement du militarisme de son pays. Peu après, elle contracte une tuberculose osseuse qui la cloue au lit pendant treize ans. Durant sept longues années, elle est même condamnée à porter un plâtre qui lui interdit tout mouvement.

Elle tente de se suicider mais, par l'intermédiaire d'un ami, retrouve la foi et se convertit au protestantisme.
Elle reçoit le baptême en 1952 puis épouse Miura Mitsuyo. Cette union aura une profonde influence sur sa carrière d'écrivain.

En 1964, elle publie "Hyoten / Le Point Zéro" qui obtient le Prix Asahi Shibun et lui fait accéder à la notériété dans son pays. Puis, en 1968, sort "Shiokari Tôge / Au Col du Mont Shikari" qui, lui, va lui apporter la gloire internationale.

Ce best-seller a pour héros le jeune Nobuo Nagano, fils de samouraï élevé dans le quartier de Hongo, à Tôkyô.
Sa mère est morte à sa naissance et semble n'avoir guère été appréciée par sa belle-famille. Les secrets familiaux planent ainsi dès le début sur l'existence de Nagano qui, adulte, tombe amoureux d'une jeune Japonaise tuberculeuse et chrétienne et entend l'épouser contre vents et marées dès qu'il a compris combien cette religion venue de l'Occident était porteuse de tolérance, etc, etc ... Assez curieusement, les Japonais sont dépeints comme hostiles et intolérants, face à des chrétiens formidables, généreux, quasi angéliques. (Sincèrement, devant de telles qualités, on se demande comment on peut se montrer intolérant.) C'est là que le bât blesse : le tableau est trop manichéen avec les bons d'un côté et les méchants de l'autre.

Enfin, tel qu'il est, ce roman se vend à des millions d'exemplaires. Il est, à ce jour, pour autant que nous avons pu en juger, le seul de son auteur à avoir été traduit en français.
Pour les autres, "Yuki no Arubamu", "Kairei" et "Hosokawa Garasha Fujin", il vous faudra compter sur les traductions anglaises. De même pour l'autobiographie de l'auteur, sortie en 1970, "Michi Ariki."

Miura Ayako devait décéder le 12 octobre 1999, sept ans après que se fussent déclarés chez elle les premiers symptômes de la maladie de Parkinson.

Simple et clair, de l'avis même de ceux qui l'ont découvert en version original, le style de Miura révèle l'influence de Dazaï Osamu et de Natsume Sôsezki, deux pointures de taille de la littérature japonaise. Les thèmes qu'elle traite sont par contre directement inspirés par la Bible. D'où ce manichéisme souvent outrancier qui la désaventage face à son confrère catholique, Endô Shûsaku, lequel, ayant eu plus à souffrir de la religion, évoque ses effets de manière beaucoup plus subtile. Miura Ayako Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mar 25 Avr - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Miura Ayako Vide
MessageSujet: Re: Miura Ayako   Miura Ayako Icon_minitimeDim 25 Avr - 17:37

Miura Ayako Miuraa10

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Miura Ayako

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -