Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Charles BRUGNOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 67
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Charles BRUGNOT   Lun 26 Avr - 12:23

Charles BRUGNOT (1798-1831). Professeur, poète, journaliste, gérant du journal "Le Provincial" et fondateur du " Spectateur", il rachètera l'imprimerie "Odobé" devenue de nos jours "Darantière" - des "Pleiades" Gallimard y ont été imprimés.


INVOCATION


Oh ! Viens t’asseoir aux lieux déserts,
Sauvage muse des vallées !
Ploie ici tes voiles ailées,
Et chante-moi tes derniers airs.

Avant que l’autan monotone,
Comme un loup hurleur dans les bois
Mugisse avec ses mille voix,
Chante-moi ta chanson d’automne.

Le vallon garde encor des fleurs ;
La forêt qui se décolore,
Cache sous la feuillée encore
Les longs cris des merles siffleurs.

Aux rayons du soleil qui tombe,
La crécelle aigre du grillon
Réjouit encore le sillon,
Mais demain….sa muette tombe…

Fille des champs, n’aimes-tu pas ?
A venir parfois, sans compagne,
Admirer, brillant sous tes pas,
Le frêle œillet de la montagne ?

A voir, au côteau, se dresser
Le buis massif en sombres gerbes,
Et le monde chauve balancer
L’épi fané des hautes herbes ?

Oh ! Viens là, sur le rocher nu
Essayer tes divins préludes !
Charme-moi d’un hymne inconnu,
Enfant plaintif des solitudes,

Fée aux yeux bleus, qui vas cacher
Des voix magiques et lointaines,
Parmi les mousses du rocher
Et dans la grotte des fontaines.




SONNET


Je compte maintenant mes jours, heure par heure,
Comme un pâle blessé, sur la terre étendu,
Qui, parmi les flots noirs du sang qu’il a perdu,
Sent sa vie échapper, goutte à goutte, et la pleure ;

Ma jeunesse sans joie, avide du passé
Ne rêvant qu’avenir, que fruits d’or au rivage,
Et le soir, abordant une grève sauvage,
Ainsi qu’un nageur nu dont le bras s’est lassé.

Rien hier, rien demain ! - rien dans toute ma vie
Qu’un flot après un flot ; - Frêle barque suivie
D’un sillage léger, qu’une brise aplanit ;

Au moins si j’emportais aux rives éternelles,
Pauvre oiseau, regrettant mes forets maternelles,
Une herbe, un brin de jonc pour me faire mon nid !
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Charles BRUGNOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Le Cercle des Poètes -