Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Fernando Marías

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Fernando Marías   Dim 13 Juin - 17:12

13 juin 1958, Bilbao (République espagnole / Espagne actuelle) : naissance de Fernando Marías Amondo, dit Fernando Marías, scénariste et romancier.

Cet auteur, qu'on commence à peine à traduire en France, arrive à dix-sept ans à Madrid avec l'intention d'étudier les techniques cinématographiques à l'Université des Sciences de l'Information. Pour cette raison, ses débuts dans l'écriture se concrétisent par les scénarios de séries télévisées parmi lesquelles le très remarqué, en tous cas en Espagne, "Páginas ocultas de la Historia / Pages secrètes de l'Histoire."

Puis, en 1990, Marías se décide à publier un premier roman : "La Luz prodigiosa / La Lumière prodigieuse", qui le fait connaître.

Le succès ne lui arrive vraiment que six ans plus tard, avec "Esta Noche Moriré / Je Vais Mourir Cette Nuit", court récit de deux-cents pages environ fait à la première personne par un suicidé revenu hanter un inspecteur de police espagnol des années soixante-dix. C'est d'ailleurs avec ce livre que Marías commence à être traduit en français.

En 2001, l'écrivain remporte le prestigieux Prix Nadal pour "El niño de los coroneles / L'Enfant des Colonels", vaste fresque s'étalant sur soixante ans d'Histoire espagnole et mettant en scène trois narrateurs d'origine et d'idéologie diverses.

A ce jour, seuls "La Lumière Prodigieuse", "Je Vais Mourir Cette Nuit" et "L'Enfant des Colonels" ont été traduits en notre langue
, ce que l'on peut déplorer puisque Fernando Marías a ajouté à sa bibliographie "La Mujer de Las Alas Grises" (2003), "Invasor" (2004), "Cielo Abajo" et "El Mundo Se Acaba Todos Los Dias" en 2005.

Un nouvel auteur à découvrir, sur Amazon, les sites de vente en ligne ou encore en le commandant chez votre petit libraire favori.

Fernando Marías sur Nota Bene.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 13 Juin - 13:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Fernando Marías   Dim 13 Juin - 17:46


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Fernando Marías

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -