Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   Lun 18 Oct - 17:05



L'Erede di Montezuma
Traduction : ???

Notre Avis

Extraits


La Famille Impériale :

Cuauhtemoc :

L'Aigle-Qui-Tombe (ou Qui-Tomba), onzième et dernier empereur du Mexique pré-colombien. Il est aussi le narrateur du roman. D'enfant mûri trop tôt en raison de la mort de son père, il évolue en un jeune guerrier courageux qui développe bien vite une authentique nature politique. Sa faiblesse - qui est aussi sa force : son côté un peu trop mystique. Il est vrai que, en sa qualité d'homme intelligent et qui cherche systématiquement à comprendre, il ne pouvait éviter de "voir" finalement au-delà des faits et de la tragédie de son époque.

On note chez lui quelques soupçons de désir homosexuel, soigneusement refoulé - l'homosexualité n'était pas du tout appréciée par les Aztèques. Ce détail souligne la concordance du personnage avec l'auteur.

Tecuixpo, son épouse :

La fille préférée de Moctezuma II joue ici un rôle relativement discret : elle eut pourtant un très étrange destin. Cousine de Cuauhtemoc, elle devint sa femme après avoir été celle de Cuitlahuac, leur oncle. Après son second veuvage, cette malheureuse princesse, véritable pion politique, dut prendre le nom d'Isabel Moctezuma et épousa successivement trois Espagnols : Alonso de Grado, Juan Gallego de Andrade (dont elle eut un fils) et Juan Cano de Saavedra (dont elle eut trois fils et deux filles). La tradition veut qu'elle ait eu également une fille de sa liaison avec Cortés - liaison favorisée par son père et que Coccioli évoque très discrètement.

On ne sait où furent inhumés les restes de cette femme encore jeune, lorsqu'elle décéda en 1550, à Cáceres, d'où était originaire son dernier mari et où une avenue, l'Avenida Doña Isabel Moctezuma, honore toujours sa mémoire.

Ahuizotl, son père :

Le huitième empereur du Mexique pré-colombien fut un très grand conquérant et un tout aussi grand constructeur.
Il annexa Veracruz, Guerrero et une partie du Chiapas et établit la sécurité sur les frontières du pays. Il semble aussi malheureusement que ce fut sous son règne que la pratique des sacrifices humains prit vraiment son essor. Il mourut accidentellement, dans la grande inondation qui affligea Tenochtitlan en 1502. Son neveu, Moctezuma Xocoyotzin, dit Moctezuma II, devait lui succéder.

Tiyacapantli, sa mère :

La fille du quatrième et dernier roi de Tlatelolco est un personnage un peu mystérieux.
Elle a été donnée au mariage au vainqueur de son père, Ahuizotl, et en a toujours souffert. La sanglante mythologie aztèque lui fait visiblement horreur. Elle aussi croira un temps que les Etres sont les fils de Quetzalcoatl.

Montezuma (ou Moctezuma) II :

Neuvième empereur du Mexique pré-colombien, il est aussi l'oncle de Cuauhtemoc. Personnage sensible mais dominé par des angoisses religieuses qui le torturent, il se laisse peu à peu manipuler par les Espagnols en qui il croit voir son destin et celui de son peuple.

Cuauhtemoc le respecte jusqu'au bout mais il est le premier à lui lancer une pierre lorsque, sur l'ordre de Cortez, Moctezuma vient haranguer les rebelles de Tenochtitlan. Est-ce la blessure qui causera sa mort ? Cuauhtemoc en est persuadé mais, officiellement, Moctezuma, qui mourra plus d'un mois et demi plus tard, décède victime de la variole.

Teizalco :

Epouse de Moctezuma et mère de Tecuixpo. Elle apparaît peu dans le roman.

Papantli :

Soeur de Moctezuma, elle est "la Princesse ressuscitée." Il semble en effet qu'on ait procédé un peu trop tôt à ses funérailles alors qu'elle était tombée dans une sorte de léthargie. D'où sa "résurrection". Quand elle se trouvait encore dans son tombeau, elle aurait eu la vision de Queztalcoatl, regagnant la terre mexicaine avec son peuple "blanc."

Elle n'apparaît qu'aux deux-tiers du roman, lorsque Cuauhtemoc va lui demander son avis sur les Etres.

Cuitlahuac :

Dixième empereur du Mexique pré-colombien, frère de Moctezuma II et oncle de Cuauhtemoc. Il est le premier mari de Tecuixpo. C'est sous son règne, très bref - cinq mois, de juin à octobre 1520 - que les Espagnols enregistrèrent la sanglante défaite connue dans l'Histoire sous le nom de "La Noche Triste" (littéralement : "La Nuit Triste" ou "La Nuit de Tristesse").

Cuitlahuac
mourut, lui aussi, de la variole, laissant le trône et sa veuve à Cuauhtemoc.

Axayacatl :

Sixième empereur du Mexique pré-colombien, il est le cousin de Moctezuma Ier - Moctezuma le Grand - mais surtout le frère d'Ahuizotl et de Tizoc. Sous son règne, les Aztèques étendent leur pouvoir sur les régions proches du Guatemala, aux dépens des populations mixtèques et zapotèques. C'est lui qui soumet, par la force, le royaume de Tlatelolco et contraint Tiyacapantli à épouser son frère cadet, Ahuizotl.

A sa mort, en 1481, c'est leur frère aîné, Tizoc, qui lui succède.

Le personnage d'Axayacatl est évoqué en filigrane dans le roman. Il appartient plus ou moins à la catégorie des empereurs légendaires, pour le meilleur comme pour le pire.


Tlacaelel :

Frère de Chimalpopoca et de Montezuma Ier le Grand, Tlacaelel n'occupa jamais le trône impérial. Mais on pense qu'il est à l'origine de la fameuse "Triple Alliance" entre les cités de Tenochtitlan, Texcoco et Tlacopan.

Conseiller principal de Moctezuma et de son successeur, Axayacatl, il bouleverse de fond en comble le panthéon aztèque et subordonne tous le dieux à Hutzilopochtli, le dieu du Soleil et de la Guerre. C'est sous on influence que les Aztèques deviennent vraiment "le peuple du Soleil." Et c'est également sous son égide que l'idée des sacrifices humains au Dieu des Dieux tourne à l'obsession. (Avant cela, les sacrifices de ce genre existaient déjà mais on n'y recourait que de manière assez "raisonnable." En tous cas, on ne partait pas en guerre dans le seul but de capturer suffisamment de prisonniers pour satisfaire la "soif d'eau précieuse" de Sorcier-Colibri.)

Mais Tlacael va faire pire : il ordonne que soient détruits tous les codex des peuples soumis, au prétexte qu'ils contenaient des mensonges et des insultes envers le peuple mexica. Bref, il réécrit l'Histoire de son peuple et utilise la version qu'il en donne comme outil de propagande. Il mourut vraisemblablement aux alentours de 1480.

Pour Cuauhtemoc et les siens, Tlacaelel, qui a permis aux Aztèques de s'identifier comme seuls héritiers de la civilisation toltèque ou encore de celle de Teotihuacan, est évidemment l'Ancêtre de références.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Mer 27 Oct - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   Jeu 21 Oct - 18:25

Monarques étrangers, membres de la Triple Alliance :

Tezozomoc :

Le plus grand souverain des Tépanèques, peuple cousin des Aztèques. Il régna de 1367 à 1427 et agrandit considérablement son royaume, notamment en asservissant les Aztèques. Sa capitale s'appelait Azcapotzalco.

Considéré par les héros de Carlo Coccioli comme l'une des figures les plus tyranniques de leur passé bien que la mésentente entre Tépanèques et Aztèques ait vraiment débuté à la mort de Tezozomoc.


Maxclatl :

Fils du précédent, il fait assassiner son frère, Tayauh, légitimement désigné pour succéder à Tezozomoc. Après son accession au trône, il adopte une politique particulièrement agressive envers les Aztèques. Il fait notamment emprisonner son neveu, Chimalpopoca, fils de l'une de ses soeurs et du second empereur aztèque Huitzilihuitl. Le malheureux se suicide dans sa prison, en 1427.

Cette mort met le feu aux poudres entre les Tépanèques et les Aztèques. Maxclatl
sera vaincu par Nezahualcoyotl, roi de Texcoco et allié des Aztèques (sa mère était une princesse mexica), et sacrifié aux dieux. Sa capitale, Azcapotzalco, sera détruite.

Lui aussi n'apparaît dans le roman que comme une figure du passé.

Nezahuacoyotl :

"Coyote-Famélique" ou "Coyote-Qui-Jeûne" demeure l'un des plus grands rois de l'histoire chichimèque. Figure ambiguë, il fut à la fois guerrier, homme d'Etat, poète, architecte et philosophe. On lui doit la première véritable bibliothèque de Mésoamérique. Despote éclairé, il s'inquiète de l'agressivité des Aztèques et de leur principe des "guerres fleuries", destinées à alimenter en victimes les autels de Huitzilipochtli. Lui-même, bien que laissant son peuple adorer les dieux classiques, paraît avoir eu, surtout dans la deuxième partie de sa vie, une vision beaucoup plus métaphysique de Dieu et de l'Au-delà. Il meurt le 4 juin 1472, après plus de quarante ans de règne.

Dans "L'Aigle Aztèque Est Tombé", son nom est toujours cité avec respect et c'est avec nostalgie que les personnages de Coccioli évoquent son caractère et ses hauts faits.

Nezahualpilli :

Fils et successeur de Nezahuacoyotl, il fut, lui aussi, un dirigeant éclairé. Il alla même jusqu'à abolir la peine de mort pour nombre de crimes. Poète, il était aussi profondément intéressé par l'astronomie et les sciences. Dubitatif quant à la culture de la violence qui était celle des Aztèques, il n'en accepta pas moins la main de l'une des filles de Moctezuma II. Il mourut en 1515 et beaucoup de personnages du roman l'ont connu.

Cacama(t) :

Ce fils et successeur direct de Nezahualpilli mourut en 1520, étranglé sur l'ordre de Cortez.

Coanacoch :

Il était lui aussi fils de Nezahualpilli et petit-fils de Nezahuacoyotl. A la mort de son frère, Cacama, Cortez, espérant trouver en lui un allié, le fit monter sur le trône de Texcoco. Mais, bien loin de s'incliner devant l'envahisseur, Coanacoch s'allia avec les Aztèques. Comme le laisse entendre la fin du roman de Coccioli, il fut sans doute exécuté en même temps que Cuauhtemoc, le 28 février 1525.

Coccioli fait de lui un ami d'enfance de Cuauhtemoc et lui prête une nature ouvertement bisexuelle.

Ixtlilxochitl II :

Cinquième fils de Nezahualpilli et opportuniste de la plus belle eau, il gagna la confiance de Cortez, lequel lui confia finalement le trône de Texcoco. Allié des Espagnols contre son frère Coanacoch, il se convertit au christianisme et prit le nom de son parrain, Hernan Cortez (!!). Zélé comme tous les nouveaux convertis, il fut à l'origine de l'église San Francisco de Mexico. On a de bonnes raisons de croire qu'il mourut dans son lit.

Dépeint dans le roman comme un personnage impulsif et instable, mais rusé.

Totocuihuatl:

Roi de Tacuba et allié des Aztèques contre les Espagnols.

Tletlepanquetzal :

Son fils et successeur. Il applique la même politique.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   Mer 27 Oct - 18:05

Seigneurs divers :

Pinotl :

Gouverneur de la ville de Cuetlaxtla.

Teuhtlilli :

Son successeur.

Xicontlecatl Huehue, dit aussi Xicontlecatl le Vieux :

Figure emblématique du royaume de Tlaxcala dont il était l'un des quatre seigneurs, ce fut un grand orateur et aussi un grand poète. Humaniste, il tenta d'obtenir un accord afin que les Aztèques missent fin à leurs "guerre fleuries", ainsi qu'ils nommaient ces conflits qui n'avaient pour seul objectif que de faire des prisonniers plus tard sacrifiés à leurs divinités.

A l'arrivée des Espagnols, Xicontlecatl fut de ceux qui s'opposèrent à ce qu'on les accueillît en paix. Il mourut en 1522, laissant de nombreux fils et filles. L'une d'elles, Maria-Luisa Tequelhuatzin, épousa Pedro de Alvarado y Contreras, que l'on considère comme celui qui conquit la majeure partie de l'Amérique centrale (Salvador, Honduras et Guatemala).

Xicontlecatl Axayacatzin, dit aussi Xicontlecatl le Jeune :

Fils de Xecontlecatl le Vieux et brillant capitaine, il était né en 1484, il soutint son père lorsque celui-ci s'opposa à l'alliance de Tlaxcala avec Cortez. Pour Xecontlecatl le Jeune, les Espagnols ne pouvaient être les fils du Serpent-A-Plumes. En un premier temps, il les combattit donc mais ses troupes durent s'incliner sous la loi du plus fort et Xicontlecatl finit par se retrouver aux côtés de Cortez, lors du siège de Tenochtitlan.

Les relations entre les deux hommes furent toujours très difficiles. Xicontlecatl le Jeune est probablement l'un des rares dirigeants amérindiens de l'époque à avoir eu une vue réaliste de ce qu'il adviendrait aux indigènes après la Conquête. Il fut d'ailleurs accusé de trahison par Cortez, peu soucieux de conserver un allié de cette trempe. Il le fit pendre, le 12 mai 1521.

De nos jours, Xicontlecatl le Jeune est considéré, au même titre que Cuauhtemoc, comme l'une des figures centrales de la résistance amérindienne à l'envahisseur.

Maxixcatl :

Il faisait lui aussi partie des quatre seigneurs qui régnaient sur Tlaxcala, et avait la charge de la ville d'Ocotelolco. Il fut le grand responsable de l'alliance du pays avec Cortez. Il mourut dans l'épidémie de variole qui ravagea la population indigène à la fin de l'an 1520. Son fils aîné, que Cortez n'eut aucune peine à faire baptiser "Lorenzo", lui succéda, à l'âge de treize ans.

Cuauhpopoca :

Noble mexica, nommé gouverneur des tribus totonaques de la région de Nautla, au nord de l'actuel état de Veracruz. Ce fut lui qui envoya à Montezuma II la preuve que tout le peuple aztèque attendait, à savoir la tête d'un prisonnier espagnol, ce qui prouvait qu'on pouvait bel et bien venir à bout de ces prétendus "dieux."

Il fut arrêté avec Montezuma, sur ordre de Cortez mais ce fut en vain que le conquérant espagnol le fit torturer : Cauauhpopoca affirma toujours avoir agi de sa seule initiative. Il mourut sur le bûcher en 1519.

L'Obèse :

Carolo Coccioli ne donne pas son nom mais l'Obèse, seigneur de Cempoala, autre ville totonaque bien connue pour le caractère festif et joyeux de ses habitants, se révèle l'un des personnages les plus courageux et les plus intègres de l'histoire.

Pax Bolon :

Roitelet maya, singulièrement lâche.


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   Mar 2 Nov - 16:53

Autres Personnages Amérindiens :

Citlalcoatl :

Grand-Prêtre de la Maison du Serpent, il fait la connaissance de Cuauhtemoc alors que celui-ci étudie à l'Ecole du Temple. C'est un vieillard sagace à qui l'on devine que les sacrifices à Sorcier-Colibri et les "Guerres fleuries" de son peuple, pèsent de plus en plus.

D'abord persuadé que les enfants de Quetzalcoatl arrivent en la personne des Espagnols, il devient très vite sceptique et a la prémonition de la fin des Aztèques. Il meurt de maladie - probablement un cancer - avant que le conflit n'éclate officiellement.

Itzcoatl :

Ce personnage ne doit pas être confondu avec son homonyme, Itzcoatl, oncle de Tlaecael et quatrième Empereur du Mexique pré-colombien.

Notre Itzcoatl n'est qu'un simple enseignant, à l'Ecole du Temple. Il possède un sens aigu de l'Histoire et de la grandeur de son peuple. Plus tard, il se fera le chroniqueur de l'arrivée des Espagnols et de ses conséquences.

Xicontlecatl :

Ce jeune guerrier tlaxcalan est le premier prisonnier que fera Cuauhtemoc au cours de sa première bataille. Les deux hommes sympathiseront mais cela n'empêchera pas Xicontlecatl d'être sacrifié aux dieux aztèques.

Il n'a aucun lien de parenté avec les seigneurs de Tlaxcala.

Cuitlalpitoc :

Vieil esclave de la famille impériale, qui veille particulièrement sur Cuauhtemoc durant son enfance.

Huemac :

Roi mythique toltèque qui vivait au XIème siècle. A la chute de sa capitale, il disparut avec ses compagnons et ses trésors. La tradition voulait qu'il eût enseveli son or et ses bijoux sur un site proche de la future Tenochtitlan. Ce qui explique peut-être l'amalgame entre ce personnage lointain et un dieu des abîmes.


Nota Bene :

Pour tous ceux qu'intéresse la langue nahuatl, voir ici, un dictionnaire très complet.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62628
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   Ven 5 Nov - 15:58

Les Espagnols & leur entourage proche :

Fernando Cortez, dit aussi Hernando Cortés :

De son nom complet Fernando Cortés Monroy Pizarro Altamirano, il reste, dans le roman de Coccioli, une véritable énigme que les Aztèques prennent tout d'abord pour un descendant - ou pour la réincarnation - de Quetzalcoatl, le Serpent-A-Plumes. Désigné par eux comme "le chef des Etres", il manifeste au combat de réelles qualités de bravoure tout en se révélant profondément retors lorsqu'il est question de politique ou d'or.

Quoi qu'il en soit, Fernando Cortez demeure l'une des figures majeures de l'hispanisation de l'Amérique latine. Aujourd'hui encore, beaucoup ont du mal à établir un lien entre le personnage valeureux et d'une grande culture qu'il fut et la brute cruelle et implacable qui - avec, il est vrai, des alliés locaux - détruisit la civilisation aztèque. Pourtant, Cortez fut les deux.

Pedro de Alvarado :

Les Aztèques l'avaient surnommé "Tonatio" ou "Tonatiuh" - "Soleil" - en raison de son physique, de ses manières courtoises et aussi de sa bravoure au combat. Coccioli choisit de le dépeindre tel qu'il fut, c'est-à-dire comme l'un des conquistadores les plus cruels de son époque, auprès de qui Fernando Cortez apparaît comme un homme des plus modérés.

Si Cortez mourut en disgrâce et de dysenterie en Espagne, son ancien lieutenant, devenu gouverneur du Honduras, périt sur le champ de bataille où il tentait de juguler la révolte des indiens Mixtón. A noter que ses restes reposent dans la cathédrale d'Antigua, au Guatémala.

Malin ou Malinalli, également connue sous les noms de Doña Marina et de Malinche :

Elle avait une vingtaine d'années quand les Mayas, dont elle était l'esclave, l'offrirent, avec d'autres jeunes filles, aux capitaines espagnols qui venaient de débarquer parmi eux. On pense qu'elle était d'ethnie nahua et on sait que, au départ, elle fut dévolue à Alonso Hernández Puertocarrero. Quand celui-ci repartit pour l'Espagne, Cortez, séduit autant par la beauté de la jeune femme que par son intelligence et sa facilité à apprendre les langues qui n'étaient pas la sienne, en fit à la fois sa maîtresse et son interprète attitrée.

Malin connaissait la langue aztèque, qu'elle restituait en maya à Jerónimo de Aguilar. Celui-ci traduisait ensuite en castillan. Mais, très vite, la Malinche fut à même de s'exprimer directement en espagnol.

Bien qu'elle apparaisse souvent comme une traîtresse à la cause des Amérindiens, il faut rappeler qu'elle usa de toutes les ruses possibles pour que fussent préservées la culture, l'Histoire et la langue mexicas. Dans le Mexique contemporain, elle est d'ailleurs souvent représentée comme la "Mère" de la population et l'ambiguïté demeure par-delà les siècles puisque "la Chingada", un autre de ses surnoms, signifie à la fois "la Putain" et "Celle-Qui-Fut-Violée."


Coccioli
la représente plus ou moins en éminence grise, aux côtés d'un Cortez qu'elle semble avoir profondément aimé.

Gerónimo ou Jerónimo de Aguilar :

Ce frère franciscain, né près de Séville, avait eu une vie bien agitée lorsqu'il fit la connaissance de Cortez, qu'on en juge : il compte au nombre des découvreurs de Saint-Domingue, fait naufrage au large de La Jamaïque, est sauvé par les Mayas, dont il apprend la langue, mais qui sacrifient tous ses compagnons à leurs dieux et manquent de peu de lui faire subir le même sort ; il s'échappe alors mais est fait prisonnier par un chef de tribu.

Enfin, après bien des péripéties, il parvint à recouvrer la liberté et, à la demande de Cortez, devint l'un de ses interprètes auprès des Aztèques.

Bernal Díaz del Castillo :

L'un des compagnons de Cortez les plus connus car on lui doit l'un des premiers ouvrages européens consacrés à la civilisation aztèque, "L'Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne", récit dans lequel il fournit au lecteur une foule de détails sur la civilisation disparue ainsi que sur le contexte social et politique dans lequel se déroula la Conquête. Il y répertorie cent-dix-neuf batailles auxquelles il a participé, évoque son amitié avec Moctezuma II et relate évidemment la chute de l'Empire, en 1521. Récit de première main et qui, autant que faire se peut, tend à une impartialité qu'on ne peut que saluer.

Coccioli s'en est en partie inspiré pour son roman.


Pánfilo de Narváez :

Un autre conquistador, celui-là fidèle à Diego Velázquez, ancien compagnon de Christophe Colomb et gouverneur de Cuba, que Cortez avait plus ou moins trahi afin de conserver tous ses droits sur le Mexique.

Narváez
mènera donc, au printemps 1520, et sur l'ordre de Velázquez, une expédition punitive contre Cortez. Les Aztèques tenteront d'ailleurs de s'allier avec lui, espérant ainsi se débarrasser de "l'Etre." Mais la conspiration échouera, Cortez triomphera et son triomphe sonnera le glas de Moctezuma II.

Narváez
participera ensuite à la découverte de la Floride et c'est là qu'il mourra, en 1528, lors d'une échauffourée avec les Indiens.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli   

Revenir en haut Aller en bas

L'Aigle Aztèque Est Tombé - Carlo Coccioli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Petit Répertoire des Personnages Dans Les Oeuvres Lues -