Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Sam 30 Oct - 18:51



Extraits

Critique d'art pour la revue "L'Oeil" et producteur pour France-Culture, Alain Dister acquit, très jeune, une passion pour le dessin et la photographie. En 1966, il célèbre son quart de siècle en s'envolant par charter pour New-York. Les Etats-Unis, évidemment, comptent parmi ses rêves et, comme il se sent mal à l'aise dans une France dont la vague "yé-yé" est sans commune mesure avec la "Beatlemania", il s'impose des économies drastiques - et un travail de pion dans un lycée - pour s'offrir le rêve en question. (A l'époque, six-cent-quarante francs, payables en trois mensualités.)

De l'Est à l'Ouest, de New-York à ce San Francisco mythique qui, aujourd'hui, n'existe plus, les Etats-Unis vont dérouler pour lui le long tapis rouge, élimé, troué, couvert de taches, tout imprégné de marijuana et de drogues hallucinogènes, qui s'étale entre 1966 et 1969, les trois années sacrées qui virent naître, prospérer puis s'immoler le mouvement hippie, héritier direct de la Beat generation. "Comment ?" diront certains. "Mais le mouvement hippie, il a continué durant les années soixante-dix !" Oui, et non.

En 1971, Jim Morrison succombe à une surdose d'héroïne probablement mal coupée et prend ainsi son billet pour rejoindre le club des musiciens et interprètes qui symbolisèrent l'apogée et, pour l'un d'entre eux au moins, Brian Jones, l'émergence, de cette contre-culture. Ceux qui lui survivront ou bien finiront complètement fous (Keith Moon, disparu en 1978), ou bien rentreront dans le rang en imposant au rock, musique emblématique de cette époque, les compromissions nécessaires. Viendront alors la pop, le glam, etc ... Et même quand l'anti-conformisme virulent se veut au rendez-vous, avec le hard-rock ou la musique punk, cela n'a plus rien à voir avec les hippies et leur mouvement.

La caractéristique, naïve mais merveilleuse, du mouvement hippie, ce fut la certitude que le monde et ses habitants étaient bons ou que, s'ils ne l'étaient pas tout à fait, ils allaient le devenir. C'était sûr, c'était certain : fumée d'encens, retour à la nature, abolition des tabous sexuels, consommation quotidienne d'herbe et de ces drogues que les peuples anciens tenaient pour "sacrées" parce qu'elles permettaient d'approcher les dieux, tout cela allait venir bout des "mauvaises vibrations" qui faisaient - et font toujours - de notre chère planète une boule de bouse d'un rare volume. Après celle du Viêtnam - et mort à Lyndon B. Johnson ! - il n'y aurait plus de guerre, plus jamais. Tous, Blancs, Noirs, Jaunes, Rouges, Marsiens égarés sur la Terre, on tomberait dans les bras les uns des autres, on ferait un sit-in gigantesque, on se donnerait enfin la main tout autour du monde, comme le préconisait déjà Prévert, et on planerait pour l'Eternité, non plus tout à fait humains mais presque séraphins. Des séraphins porteurs de bonté, d'amour, de générosité.

Avec fierté, tendresse, nostalgie et évidemment tristesse, Alain Dister nous raconte ces trois années uniques, qu'il eut la chance de vivre de l'intérieur du mouvement, entre galères inouïes et moments de plénitude absolue. Toutes et tous, ses amis de ce temps-là comme ses plus petites relations, ceux dont il a perdu la trace, ceux qui suivirent un temps la caravane mais qui, brusquement effrayés, tournèrent bride, ceux qui trouvèrent la Mort dans la drogue, le sexe et la déchéance, il nous les présente tous, en un défilé aux couleurs psychédéliques qui s'avance joyeusement parmi les odeurs d'encens et d'herbe et les flots d'une musique détonante et créative dont on a perdu la recette en actionnant trop souvent le tiroir-caisse, funambules aimables ou lunaires comme spectres désespérés en quête du flash de l'héroïne.

Une chronique douce-amère, qui, contrairement à beaucoup d'ouvrages sur le même sujet, ne fait pas dans le "people" et qui séduira avant tout ceux qui naquirent trop tôt ou trop tard pour plonger à temps dans cette vague immense d'énergie et de créativité qui, pour le meilleur comme pour le pire, déferla sur toute la seconde moitié des années soixante.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mar 2 Nov - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
ignatius
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Poissons Singe
Nombre de messages : 862
Age : 38
Localisation : avignon
Emploi : instable
Loisirs : thanatopraxie
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Sam 30 Oct - 19:06

petit commentaire sur la mort de Morrisson: on raconte que (et cela me semble tres probable, vu que l'info est recoupée -ah ah ah) si Morrisson est mort d'une surdose d'héroïne, c'est pour la simple et bonne raison qu'il était très peu habitué à sa consommation, lui qui prenait beaucoup de cocaïne et d'acids. Ayant "touché" cette fois ci de la came, rappelons que c'était l'époque de la french Connection, le chanteur des Doors l'aurait consommée avec le même manque de mesure que son habituelle drogue américaine; un peu comme dans la scène de Pulp Fiction, lorsque Miia Wallace prend l'héro de V.Vega pour de la coke, et fait aussi une O.D.
_________________
In girum imus nocte et consumimur igni

mon blog de poésies, nouvelles, roman et articles humoristiques :
http://digitus-impudicus.over-blog.fr

Webzine gratuit et collectif de nouvelles et poésies :
http://www.cohues.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://digitus-impudicus.over-blog.fr
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Sam 30 Oct - 19:59

Il me semble me souvenir que c'est l'hypothèse reprise par Davis dans la biographie qu'il a consacrée au leader des Doors - et qu'il faut que je "chronique" ici un de ces jours ...

Tu es un fan de Morrison, Ignatius ?
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
ignatius
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Poissons Singe
Nombre de messages : 862
Age : 38
Localisation : avignon
Emploi : instable
Loisirs : thanatopraxie
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Dim 31 Oct - 13:31

En fait je suis, non pas fan, mais très intéressé en général par les artistes dits maudits, et particulièrement par la longue liste des "morts à 27" (j'avais, jadis, composé un poème d'ailleurs sur ce thème là, le titre devait être "27è sous-sol", ou quelque chose dans ce goût-là), liste dans laquelle s'ébattent joyeusement les cadavres et les cendres de Joplin, Hendrix, Morrisson, Cobain, Jones, Thain, Pfaff ... Les cinq, voire les quatre premiers sont majeurs, les suivants, bon, disons qu'ils ont l'honneur de faire partie de ce club très prestigieux.

Il est à noter que ian Curtis (leader de Joy Division) avait tellement de talent, de folie épileptique et de noirceur en lui, qu'il brûla les étapes, et, en bon individualiste, se pendit à à peine 23 ans... Ou alors c'est qu'il savait pas compter...
_________________
In girum imus nocte et consumimur igni

mon blog de poésies, nouvelles, roman et articles humoristiques :
http://digitus-impudicus.over-blog.fr

Webzine gratuit et collectif de nouvelles et poésies :
http://www.cohues.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://digitus-impudicus.over-blog.fr
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Mar 2 Nov - 11:58

Je ne connaissais pas "Joy Division" et son chanteur. Merci pour le tuyau. Le malheureux a eu une vie étrange : je vais me commander l'un des albums du groupe.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
ignatius
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Poissons Singe
Nombre de messages : 862
Age : 38
Localisation : avignon
Emploi : instable
Loisirs : thanatopraxie
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Mar 2 Nov - 12:02

Unknown pleasures (comme album)! Et la chanson "something must break now"! Un chef d'oeuvre. Tres noir par contre. Bon je retourne dans ces landes désolées que foula Mordred.

les quatre meilleures de Joy D: She's lost control, something (...), Love will tear us appart, et Disorder.

à vite.
_________________
In girum imus nocte et consumimur igni

mon blog de poésies, nouvelles, roman et articles humoristiques :
http://digitus-impudicus.over-blog.fr

Webzine gratuit et collectif de nouvelles et poésies :
http://www.cohues.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://digitus-impudicus.over-blog.fr
ignatius
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Poissons Singe
Nombre de messages : 862
Age : 38
Localisation : avignon
Emploi : instable
Loisirs : thanatopraxie
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Mar 9 Nov - 16:10

Alors MdV ? trouvé Joy division? Si tu as aimé cette noirceur, je te recommande PJ Harvey que j'écoute beaucoup en ce moment, c'est très romantique et assez sombre aussi, l'album "Dry" et "Ride of me" sont particulièrement délicieux je trouve.
_________________
In girum imus nocte et consumimur igni

mon blog de poésies, nouvelles, roman et articles humoristiques :
http://digitus-impudicus.over-blog.fr

Webzine gratuit et collectif de nouvelles et poésies :
http://www.cohues.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://digitus-impudicus.over-blog.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   Mar 9 Nov - 20:32

Concernant Joy Division et l'album Unknown pleasures, mon mari est entièrement d'accord avec toi Ignatius.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister   

Revenir en haut Aller en bas

Oh, Hippie Days - Carnets Américains 1966/69 - Alain Dister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -