Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

The hours - Stephen Daldry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
rotko
Invité



MessageSujet: The hours - Stephen Daldry   Dim 30 Oct - 10:33

Ce film de Stephen Daldry est assurément une réussite. Même si le lecteur peut être au premières images déconcerté par la succession des trois personnages qui seront les trois fils directeurs de l'intrigue, il comprend vite à qui il a affaire : Virginia Woolf la romancière, Mrs Dalloway la protagoniste du roman éponyme, et enfin la lectrice du roman. Ces trois fils, habilement tressés, contribuent à introduire le spectateur dans l'univers de la création artistique.

Bien sûr,la condition de la femme est présente, non sur le plan social, mais dans l'ordre domestique et affectif. Elle est l'âme de la maison, celle qui rassemble. A tel point qu'elle vit pour autrui, sans trouver son ancrage personnel. On évoque l'homosexualité féminine, comme une alternative au couple traditionnel, aux rôles mal répartis, aux sensibilités parfois étrangères.

Les trois fils de l'histoire ne déroulent pas des épisodes parallèles, ce qui met en relief la transposition de la vie réélle dans la création romanesque. Cette transposition est énoncée par Mrs Dalloway, mais opérée par la romancière et le cinéaste : ainsi dans "Mrs Dalloway", c'est l'homme qui est un créateur, et Mrs Dalloway le réconforte et lui vient en aide, parfait contrepoint de l'histoire de la romancière, où Mr Woolf est attentif et secourable pour Virginia.

On comprend qu'une telle structure du film évite les simplifications et les clichés. Ainsi les thèmes s'enrichissent d'être traités avec des variantes, même si la basse continue est aisément repérable : l'artiste éprouve un mal de vivre dans le monde réél, et il le traduit dans son activité créatrice. Le thème de la mort et de la tentation du suicide déroule ses méandres dans les trois histoires, et la récurrence des images liquides est une métaphore de la mouvante complexité des sentiments.

Tout n'est pas dit. Le silence joue son rôle dans les conversations, et devant ses personnages, le cinéaste s'arrête avec pudeur devant des expressions et des attitudes. Nicole Kidman est parfois un peu raide,- peut-être pour marquer les tensions intérieures, mais Meryl Streep et Julianne Moore sont parfaites.

Le film est dense, et mériterait une seconde vision, pour en goûter toute la richesse. La musique de Philipp Glass contribue à notre plaisir, sans indiscrétion.
Revenir en haut Aller en bas
minnelli
Littérophage Nota Beniste En Herbe.
Littérophage Nota Beniste En Herbe.


Nombre de messages : 23
Localisation : Ici
Emploi : tous
Loisirs : nombreux
Date d'inscription : 28/07/2005

MessageSujet: The Hours   Mar 1 Nov - 10:42

Une seconde vision ? Sûrement. La fin est tellement déroutante et explicative à la fois. ! La musique ? Trop présente à mon goût. Les actrices ? Une palme spéciale pour Juliana Moore. L’histoire ? Il n’y en a pas. Il y a des sentiments. Il y a le mal être. Il y a la folie. Il y a le mâle et celui qui ne l’est. Il y a la dérive. Il y a la révolte des gens d’en bas. L’homme est absent. La femme est ailleurs. Il a un début. Il n’y a pas de fin. Serions-nous dans un asile ? Mais qui est dedans et qui est dehors ? Un cauchemar ? Un rêve, non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canteleu.paysdecaux.com
rotko
Invité



MessageSujet: Re: The hours - Stephen Daldry   Mar 1 Nov - 11:19

j'ai changé d'avis sur la musique ! elle me plait bien dans ce film et je peux l'ecouter en CD.

Mais j'ai retrouvé cette musique dans la moustache par exemple, et des imitations d ephilip Glass dans d'autre films, si bien que maintenant je suis plus réservé.

je compte lire a nouveau du virginia Woolf et michael Cuningham puisque Dinou m'a mis en appetit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The hours - Stephen Daldry   

Revenir en haut Aller en bas

The hours - Stephen Daldry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: GRAND DEPOUSSIERAGE 2015/2017 :: Divers -