Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï   Jeu 30 Déc - 19:35



Война и мир
Traduction : Elisabeth Guertik
Préface : Brice Parain

Notre Avis

Extraits


Personnages Principaux :

Comte Pierre Kirillovitch Bezoukhov :

L'un des alter ego de l'auteur, son double essentiellement généreux et positif. Initialement, Pierre est le bâtard du comte Cyrille Bezoukhov et d'une femme dont Tolstoï ne cite jamais ni le nom, ni la condition sociale. Le comte a, il est vrai, pris totalement l'enfant à sa charge, le faisant éduquer chez lui, puis en Europe. En outre, à sa mort - l'un des grands moments de la première partie du livre - il le reconnaît officiellement et lui lègue toute sa fortune ainsi que ses titres.

De physique un peu lourd, ne sachant, comme on dit, que faire ni de ses pieds ni de ses mains, Pierre Bezoukhov se promène dans l'existence et dans le roman avec une naïveté, une bonté et une générosité qui ne se démentent jamais - sauf peut-être quand il répugne à voir le dernier signe que lui adresse Platon Karataiev. C'est une "bonne pâte" qui, après un premier mariage catastrophique, cherche désespérément un sens réel à l'existence.

Passionné par l'Histoire et la politique, il compte, en 1805, parmi les admirateurs de Bonaparte mais, en 1812, songe à l'assassiner pour soulager la Russie, l'Europe - et l'Histoire. Ce curieux retournement, qui ne semble jamais dicté par une haine véritable, souligne le côté rêveur et parfois visionnaire du personnage.

Prince André Nikolaïevitch Bolkonsky :

Second alter ego de Tolstoï, plus sombre, plus sec, plus tourmenté. Il faut dire que l'enfance du prince André, auprès d'un père certes aimant mais surtout autoritaire et trop inhibé pour donner facilement des marques physiques d'affection, n'a pas été celle du tout venant. Elle a en tous cas contribué à l'attacher fortement à sa soeur, la princesse Maria.

Parfois cynique, le plus souvent désabusé, volontiers méprisant avec ses pairs mais aimable avec le petit peuple, le prince André n'a qu'un ami véritable, Pierre Bezoukhov, dont la candeur et la sincérité trouvent chez lui le défaut de la cuirasse.
Lui aussi fait un mariage catastrophique, à ceci près que sa femme n'est certes pas l'intrigante que se révèlera la comtesse Hélène Bezoukhov. Sans doute, au temps de leurs fiançailles, a-t-il aimé sa femme, Lise, mais (mésentente sexuelle ? intellectuelle ? un mélange des deux ?), il s'est vite détaché.

Quelque part, André Bolkonski est idéaliste, comme Pierre. Mais il traîne avec lui un éternel "A quoi bon ?", une lassitude saturnienne, une tendance au dépouillement et à l'abstraction qui bloquent ses élans. Comme il est loin d'être idiot et qu'il possède, même s'il la cache, une réelle sensibilité, il est le premier à souffrir de cette situation qui, inéluctablement, ne peut se dénouer que dans une mort précoce.

Princesse Maria Nikolaïevna Bolkonskaïa = princesse Maria Bolkonsky :

Soeur du prince André. Par son énergie morale et ses qualités d'intelligence et de coeur, l'un des personnages les plus forts du roman même si Tolstoï l'a visiblement chargée d'exposer sa foi profonde en la Providence, en Dieu, etc, etc ... (Son anticléricalisme, il l'a par contre donné en partage au prince André mais peut-être Tolstoï estimait-il qu'une femme ne pouvait se montrer anti-religieuse ou, à tout le moins, ce faisant, ne serait pas crédible pour ses lecteurs.) En ce sens, la pauvre princesse est un peu gnangnan - parfois.

Mais, au-delà de tout principe religieux, elle fait preuve d'une bonté naturelle qu'obscurcit bien rarement la mesquinerie. En cela comme pour l'optimisme et la façon positive d'envisager l'existence, et abstraction faite, bien sûr, de ses penchants religieux, elle est comme la réplique de Pierre Bezoukhov.

Après le décès de son père et maintes tribulations, elle finira par faire un mariage d'amour avec Nicolas Rostov. Sur le plan biographique, elle représente la mère de Tolstoï.

Comte Nicolas Ilitch Rostov :

Quand le roman commence, en 1805, le jeune Nicolas fait encore des dettes de jeu et vient à peine d'intégrer son premier régiment de hussard. C'est sans doute le personnage dont l'évolution physique, intellectuelle et morale est la plus étudiée et, somme toute, la plus cohérente. Peut-être cela est-il dû au fait qu'il représente ici le père de l'auteur.

Héritier insouciant d'une famille aristocratique encore fortunée, il va mettre mille-cinq-cents pages à se transformer en un militaire courageux, voire téméraire, en un homme au tempérament toujours impulsif mais qui parvient peu à peu à se dominer, en amoureux réaliste, en bon père de famille et en excellent gestionnaire.


Mais, pour être franc, à certains moments, il apparaîtra tout de même un peu borné : il est vrai qu'il entend demeurer complètement étranger aux grandes questions que se posent Pierre, le prince André et même la princesse Maria ...

Comtesse Natalia Ilinitchna Rostova = Natacha Rostov :

Soeur cadette de Nicolas, elle a treize ans quand elle fait son entrée dans le roman. C'est ce que l'on n'appelle pas encore une "pré-ado" et, de la pré-adolescente de bonne famille, au XIXème, elle a le caractère écervelé et faussement romantique ainsi que les fous rires - c'est d'ailleurs, soulignons-le, une enfant gâtée. Très liée à sa cousine Sonia, que son père a recueillie, elle ne souhaite alors rien tant que de voir celle-ci épouser Nicolas ...

A notre sens - et nous savons pourtant combien de succès remporte en général le personnage auprès du public - Natacha ne brille ni par son intelligence, ni par son altruisme. Néanmoins, à compter de la fuite loin de Moscou, en 1812, force est de reconnaître qu'elle commence à s'élever au-dessus du quotidien et du banal ...

Pourquoi faut-il qu'elle y retombe avec délices dès lors qu'elle épouse Pierre Bezoukhov ?
Elle se transforme en une espèce de mère-poule, doublée - ce qui est assez rare - d'une femme extrêmement jalouse - elle tyrannise son mari, retrouvant, dans ces instants, ses habitudes d'enfant pourrie-gâtée. Bref, en un mot comme en cent, le personnage de Natacha, bien qu'ayant droit au titre de "principal", souffre à nos yeux de maintes incohérences dans le brossé du caractère.

On dit que Tolstoï voulait voir en elle soit sa femme, soit sa belle-soeur (avec laquelle il entretenait une relation assez curieuse), soit un composé probablement fantasmé des deux. Ceci explique sans doute cela - mais c'est dommage pour le personnage.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï   Dim 2 Jan - 19:44

Famille Bolkonsky :

Prince Nicolas Andreïevitch Bolkonsky :

Père du prince André et de la princesse Maria, ce personnage, qui fut, comme le père de Pierre, l'un des seigneurs les plus en vue de la cour de la Grande Catherine - le tsar Alexandre Ier est le petit-fils de Catherine II - est l'un des personnages les plus forts et les plus intrigants du roman.

De caractère bilieux, atrabilaire, irascible, voire misogyne et certainement profondément inhibé, il semble incapable d'un geste ou d'une parole d'affection envers ses enfants. Pourtant, nul n'en doute, il a pour eux une réelle affection. Il terrorise littéralement sa fille, qui, quasi recluse auprès de lui dans leur domaine de Lissi Gori, a renoncé à toute idée de mariage, tout au moins tant que son père sera en vie.

Le vieux prince voit d'un assez mauvais oeil tout prétendant à la main de la princesse Maria mais il faut bien dire que celle-ci est une riche héritière, susceptible d'attirer les coureurs de dot tel qu'Anatole Kouraguine, guidé, il est vrai, par son père, l'ineffable prince Vassili.

Le personnage devrait beaucoup au grand-père maternel de Tolstoï, le feld-maréchal Nicolas Volkonsky.

Princesse Elisabeta Bolskonskaïa = Elisabeth Bolkonski, dite Lise :

Epouse du prince André. Tolstoï fait d'elle une petite jeune femme guère intelligente et très mondaine, qui aime cependant son mari même si celui-ci se détache d'elle. De caractère aimable quoique capricieux, elle ne fait pour ainsi dire que passer et meurt en donnant naissance à un fils.

Prince Nicolas Andreïevitch Bolkonsky :

Fils du prince André et de sa femme, il sera finalement élevé par sa tante, la princesse Maria, et son oncle par alliance, Nicolas Rostov.

On notera que, si le jeune Nicolas voue une profonde adoration à son père défunt et une grande affection à Pierre Bezoukhov, il n'y a guère d'atomes crochus entre lui et le comte Rostov ...


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï   Lun 10 Jan - 18:41

Famille Rostov :

Comte Ilia Andréïevitch Rostov :

Père de Nicolas, Natacha et Petia. C'est un homme aimable et presque toujours gai, qui se met en quatre pour sa femme et ses enfants. Malheureusement, il aime le jeu et la dépense et ces fâcheuses tendances font de lui le principal responsable de la ruine de sa maison.

Comtesse Natalia Rostova = Comtesse Rostov :

Son mari l'appelle tout le temps "petite comtesse." C'est une mère possessive mais une femme relativement avisée qui s'oppose avec acharnement à toute union entre Nicolas et sa cousine Sonia. La mort de son cadet à la guerre, en 1812, survenant après de longues périodes d'angoisse relatives à Nicolas, également au front, autant qu'à la situation dans laquelle se trouve la Russie, la plonge dans une grave dépression dont elle se remet très mal. Devenue veuve, elle ira vivre chez Nicolas et son épouse.

Comtesse Vera Ilinitchna Rostova = Vera Rostov :

La fille aînée du couple Rostov est une jeune fille modèle : sérieuse, calme, réfléchie, et volontiers donneuse de leçons. Ses frères et soeur la surnomment "Mme de Genlis", en référence à la préceptrice des enfants du duc d'Orléans, connue aussi pour ses manuels de savoir-vivre et de bonnes manières.

Elle épouse Berg, un ami d'enfance qui a à peur près la même mentalité : ils ont donc tout pour être heureux. Wink

Comte Pierre Ilitch Rostov = Petia :

Dernier né du comte et de la comtesse, il est pressé de se retrouver au front. Son courage frôle cependant la témérité et il se fait stupidement abattre en 1812, lors de la première opération militaire à laquelle il participait.

Sofia Alexandrovna Rostova = Sonia Rostov :

Nièce du comte qui l'a recueillie à la mort de ses parents, elle grandit auprès de ses cousins. Natacha souhaite ardemment la voir épouser son frère Nicolas dont, à dire vrai, Sonia est amoureuse. Mais son manque de fortune est un obstacle que la ruine de la famille ne fait qu'aggraver. Et puis, avec le temps et l'expérience, Nicolas oublie ces amours adolescentes - ou, en tous cas, veut les oublier. Dès que Sonia lui rend sa parole, il n'a plus aucun scrupule pour courtiser la princesse Maria.

Sonia,
qui refuse la demande en mariage de Dolokhov, camarade de beuverie et de jeu de Nicolas, ira vivre elle aussi par la suite chez Nicolas et la princesse Maria.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mar 25 Jan - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï   Ven 21 Jan - 18:49

Famille Kouraguine :

Prince Vassili Sergueïevitch Kouraguine = Prince Vassili ou Prince Basile Kouraguine :

Le courtisan et l'arriviste type, le mondain suprême.
Toujours au courant des dernières rumeurs de la Cour et de la bonne société, il est à l'aise partout dans le monde : ambassades, ministères, salons moscovites et pétersbourgeois. S'il demeure homme d'influence, sa fortune n'est plus ce qu'elle était. D'où son désir de voir ses enfants - notamment Anatole, la tête brûlée - épouser de riches héritiers.

Totalement sans scrupules,
il tente, dans la première partie du livre, de faire disparaître le testament du comte Bezoukhov qui laissait sa fortune et ses titres à son fils illégitime, Pierre. Mais dès que le vent tourne, grâce à l'acharnement de la princesse Anna Mikhaïlovna Droubetskoï, il change froidement son fusil d'épaules et entreprend de jeter sa fille dans les bras du nouvel héritier.

Princesse Karaguine :

Epouse du précédent.
Personnage falôt, qui apparaît très peu. Tolstoï l'assure jalouse de la beauté et de la réussite de sa fille, Hélène.

Prince Hippolyte Vassilievitch Kouraguine :

Bien que Tolstoï ne le dise nulle part, il apparaît au lecteur comme l'aîné de la fratrie. Son père lui a procuré une très belle place dans la carrière. A part cela, du "charmant Hippolyte" comme on le désigne dans les salons qu'il honore de sa présence, il n'y a pas grand chose à dire. Il ressemble énormément à sa soeur Hélène et, malgré cela, trouve le moyen d'être laid. En outre, il est stupide.

Les seules scènes du livre où il apparaît vraiment - au tout début, chez Annette Sherer - laissent également soupçonner chez lui une mentalité assez malsaine puisqu'il fait tout pour faire croire à l'un de ses amis qu'il est du dernier mieux avec la princesse Lise Bolkonsky.

Prince Anatoli Vassilievitch Kouraguine = Prince Anatole Kouraguine :

Un très beau garçon, une tête brûlée et, qui pis est, complètement vide. Jouisseur, buveur, joueur, incorrigible coureur de jupons, il coûte une vraie fortune à son père, qui l'entretient. Le prince Vassili, qui n'en peut plus, tente donc de le fiancer avec la princesse Maria Bolkonsky. Hélas ! ne voilà-t-il pas que, sous le toit même des Bolkonsky, à Lissi Gori, Anatole se laisse surprendre avec Melle Bourienne, la jeune et jolie gouvernante ! ... Rendu à la vie militaire - c'est dans cette voie que l'a "casé" son père - Anatole a une liaison avec une jeune fille de basse extraction dont le père, furieux, loin de se laisser apaiser par la promesse d'une contrepartie en argent, le contraint à épouser. Ce qui n'empêchera pas l'incorrigible Don Juan de tourner la tête à Natacha, alors fiancée au prince André, et à la convaincre de fuir avec lui.

Sans qu'il puisse préciser d'où elle lui vient, le lecteur a souvent l'impression qu'un lien incestueux unit Anatole à sa soeur, Hélène. Tous deux se ressemblent d'ailleurs de façon frappante - jusque dans le vide intellectuel.

Anatole mourra au combat, en 1812.

Princesse Helena Vassilievna Kouraguina = Princesse Hélène Kouraguine :

Elle est très belle : elle a tout du marbre grec. Elle a aussi, semble-t-il, pas mal de tempérament. Mais ni coeur, ni intelligence réelle - tout au plus un certain talent calculateur. Son mariage avec Pierre, qui fait d'elle la comtesse Bezoukov et lui donne accès à une très grande fortune, n'est pas heureux et se clôt, après l'affaire Dolokhov (l'un de ses nombreux amants), par une séparation de corps effective. Par la suite, en 1812, Hélène voudra demander le divorce, afin de se remarier de façon encore plus glorieuse. Mais la Mort ne lui en laissera pas le temps ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï   

Revenir en haut Aller en bas

La Guerre & la Paix - Léon Tolstoï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Petit Répertoire des Personnages Dans Les Oeuvres Lues -