Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Dim 20 Fév - 17:02



Toxic Parents : Overcoming Their Hurtful Legacy & Reclaiming Your Life
Traduction : Isabelle Morel
Préface : Danielle Ropoport

Extraits


Ils y sont tous. Ou presque. Les hybrides, les polyvalents de la maltraitance et du chantage affectif, ceux qui rassemblent en eux plusieurs de ces tares qui les empêchent de se comporter comme des parents responsables et aimants, ceux-là ne sont pas étudiés, le propos du livre de Susan Forward, écrit en collaboration avec Craig Buck, étant de disséquer les failles, de les mettre bien en vue sur la table d'examen et de laisser le lecteur tirer ses propres conclusions.

D'abord, vient le parent déficient. On ne peut pas dire de lui qu'il soit violent ou méchant mais il est d'une lâcheté incomparable. Incapable d'affronter les responsabilités qui sont les siennes, il s'arrange pour que, peu à peu, son fils ou sa fille, voire les deux, le prenne en charge. Insensiblement, au fil des années, l'enfant devient le parent de ses propres parents. C'est lui qui fait le ménage et les courses. C'est lui encore qui demande du crédit aux commerçants. C'est lui qui veille à ce que la petite soeur ou le petit frère fasse bien ses devoirs et se couche à l'heure ... Il mettra longtemps à découvrir le sens de l'expression "chantage affectif." Il se peut même qu'il refuse d'admettre que ses parents si faibles, si gentils, si "aimants", qui affirment encore "avoir toujours agi pour son bien", le pratiquaient et le pratiquent toujours en virtuose.

Le parent dominateur, lui, est un fanatique du contrôle. De même que le parent déficient, il vit son enfant comme une extension de lui-même, extension sur laquelle il doit garder une maîtrise absolue. Pour ce faire, il tend à étouffer systématiquement toute idée d'initiative chez son rejeton soit en l'infantilisant, en le couvant au maximum, de telle sorte que l'enfant devienne incapable de choisir une paire de chaussures sans lui en référer, soit en le dévalorisant par un discours étudié et les mimiques qui vont avec, tel le père qui donne un ouvrage à faire à son fils et qui lui dit ensuite, en levant les yeux au ciel et en secouant la tête, l'air navré : "Mon pauvre garçon, tu ne feras jamais rien de ta vie ..."

Et il y a encore le parent alcoolique, le parent violent et le parent incestueux. Sans oublier tous ceux qui mêlent allègrement les étiquettes. Un point commun à tous : c'est toujours sur eux et sur eux seuls qu'ils s'attendrissent, souvent jusqu'aux larmes. Les uns accusent le Destin de leur faiblesse. Les autres affirment qu'eux aussi, leur père les battait, et qu'ils n'en sont pas morts, et que c'était "pour leur bien", que, donc, c'est par sens du devoir qu'ils envoient régulièrement leurs enfants valdinguer contre le mur et que, vous savez, monsieur-dame, dans tout ça, c'est lui, le maltraitant, qui souffre le plus, parfaitement ! ... Les incestueux pour leur part clament bien haut que jamais, non, JAMAIS ... et que, si leur fille (ou leur fils) ne les avait pas aguichés alors qu'elle (ou il) n'avait que cinq ans ... JAMAIS, non, monsieur, JAMAIS !

... Imaginez un instant - un seul - ce que cela donne quand le parent alcoolique se confond avec le père incestueux ou encore lorsque, au père incestueux et alcoolique fuyant toutes ses responsabilités, s'ajoute une mère déficiente qui ne voit rien, n'entend rien et ne sait rien ... sauf une chose : son mari (ou son compagnon) est un dieu ...

"Parents Toxiques" est un livre que toutes celles et tous ceux qui ont eu l'un ou l'autre de ces parents-là se doivent de lire au moins une fois. Lecture douloureuse, truffée d'épines, qui réveille les plaies toujours délicatement suppurantes de l'enfance mais lecture qui, pourtant, apaise. Fidèle à ses convictions personnelles et, de manière plus générale, à la théorie psycho-religieuse qui veut que le pardon assure la guérison, Forward prône la remise des fautes à ceux qui les ont commises. Mais elle admet de bonne grâce qu'atteindre à ce résultat est extrêmement difficile.

Elle propose donc essentiellement un travail sur soi (impliquant entre autres la rédaction d'une lettre à l'enfant que l'on fut et qui n'eut pas le temps de vivre son enfance) qui, à défaut du pardon accordé aux tortionnaires du passé, permet au moins à celui ou celle qui fut leur victime de rompre avec eux et de reconstruire tout ce qui, en eux, peut l'être. Certes, il manquera toujours une parcelle infime, tout au fond, près du coeur - une parcelle que seul pourrait restituer le parent qui l'a jadis dérobée si seulement il le voulait et si la chose était encore en son pouvoir. Mais, que voulez-vous, on fera avec : les enfants de "parents toxiques" en ont l'habitude depuis si longtemps ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Mer 2 Mar - 9:38

Masques de Venise a écrit:
Toxic Parents : Overcoming Their Hurtful Legacy & Reclaiming Your Life
On comprend que Mauriac ait écrit Le Nœud de vipères et que Gide disait : « Famille, je vous hais ! » mais heureusement ce livre ne décrit pas toutes les familles ; je veux dire que dans la plupart des cas les relations parents-enfants sont aimantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Mer 2 Mar - 14:07

Si tu veux bien, Giles, je préférerais le terme "normales" pour une fois.

Parce que l'amour subsiste chez les enfants de "parents toxiques." C'est bien ce qui fait le drame de leur relation avec leurs parents et explique le nombre relativement peu élevés des parricides et matricides parmi les criminels. En outre, beaucoup de ces parents-là sont persuadés d'aimer vraiment leurs enfants - je pense notamment aux pères incestueux ou violents.

... Et encore l'amour de l'enfant maltraité pour son père ou sa mère ne perdure-t-il pas même s'il les tue physiquement ? ... Tout le problème est là.

On ne parle pas évidemment des cas de psychopathie congénitale dans lesquels l'enfant ne ressentirait en effet aucun sentiment. Ils seraient, paraît-il, très rares - et j'avoue ne pas trop connaître le problème.

Le livre de Susan Forward vaut essentiellement pour les enfants ayant souffert de la part de leurs parents : on y trouve un grand apaisement. Je ne pense pas qu'il apporte grand chose à ceux qui ont eu des relations "normales" avec leurs parents - à moins qu'ils veuillent devenir médecins spécialisés, éducateurs, etc ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Mer 2 Mar - 22:10

Masques de Venise a écrit:
[…] l'amour subsiste chez les enfants de "parents toxiques."
D'accord pour dire « normales » mais l'amour prend plusieurs formes… je dirais que dans le cas dont tu parles il prend la forme de la dépendance. L'amour des enfants en est un de reconnaissance alors que celui des adultes en est un de don et de partage.


Masques de Venise a écrit:
[…] beaucoup de ces parents-là sont persuadés d'aimer vraiment leurs enfants […]
Je n'y crois pas, sauf peut-être dans ce sens, quand on dit de quelqu'un qu'il « aime les voitures ». À mon avis c'est un amour qui ressemble à l'amour pour les objets ou même, à la limite, je dirais de l'éleveur pour son troupeau… On pourrait même dire que leur prétention d'aimer leurs enfants est de la dénégation, car ils s'en servent comme d'objets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65605
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Jeu 3 Mar - 8:57

De par mon expérience personnelle, je pense que, pour trop d'enfants nés de parents toxiques, l'amour qu'ils éprouvent envers ces derniers se fonde sur le sens de la responsabilité et sur le chantage affectif : "Que va devenir (ma mère, mon père) si je le laisse tomber ? Il (elle) ne saura pas se débrouiller, c'est sûr." Il se peut qu'il y ait dépendance, une dépendance fondée sur ce sentiment de culpabilité exploité à fond et sur tous les tons par notre culture judéo-chrétienne ou encore, surtout pour les garçons envers leur mère, sur l'impossibilité de rompre le cordon ombilical mental qui subsiste, lui, bien après la naissance. De toutes façons, à mon humble avis et pour des raisons mal définies, y compris et surtout par les psys, s'affranchir de la Mère, celle-ci fût-elle la meilleure des mères et n'appartînt-elle pas aux parents toxiques, est une entreprise longue et ardue, voire impossible à réaliser, en tous cas à cent pour cent. Sont-ce ces neuf mois supplémentaires que tout être humain partage avec sa mère et seulement avec sa mère ? Est-ce parce que le foetus serait tout d'abord féminin avant de se transformer, en fonction des chromosomes, en être mâle ? Allons plus loin : est-ce parce que la Nature elle-même est féminine ? ... On peut dire beaucoup de choses sensées et tout autant d'insensées là-dessus, sans parvenir à trancher.

Quant à ce que les parents toxiques nomment "l'amour" qu'ils portent à leurs enfants, nous sommes, ce me semble, tout à fait d'accord. Mais je maintiens que, de leur point de vue à eux (les parents toxiques), cet "amour" de l'enfant en fonction de ce qu'il leur Rapporte et non de ce qu'il est, cet amour qui le traite effectivement comme un objet et un bien fongible, est le seul amour vrai et possible. Ces parents-là sont incapables de concevoir l'amour de manière altruiste et autrement que par rapport à leur propre personne - et ceci d'ailleurs se retrouve dans leurs rapports avec des personnes autres que leurs enfants sauf, bien souvent, dans leur relation amoureuse ou sexuelle avec un compagnon ou une compagne. Quant à savoir si c'est inné ou acquis, s'il s'agit d'une déformation (ou d'une absence) de l'instinct ou de la conscience, c'est une autre affaire.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   Jeu 3 Mar - 9:26

Masques de Venise a écrit:
Sont-ce ces neuf mois supplémentaires que tout être humain partage avec sa mère et seulement avec sa mère ?
C'est possible, puisque nous nous faisons d'abord partie de notre mère du point de vue organique, qui sait si ce n'est pas le cas pour l'esprit aussi ? Mais je ne suis pas psychanalyste ni même psychologue.


Masques de Venise a écrit:
[…] cet amour qui le traite effectivement comme un objet […]
Je pense que la cause est que les parents toxiques sont restés eux-mêmes des enfants, comme les pédophiles, et qu'ils ne peuvent ni voir le mal qu'ils font aux autres, ni les considérer autrement que comme des objets. Autrement dit, c'est une lacune du développement de la personnalité : ils n'ont ni sens moral ni sens social, mais possèdent la force des adultes, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck   

Revenir en haut Aller en bas

Parents Toxiques - Susan Forward & Craig Buck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -