Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

De la critique en général...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeLun 4 Avr - 9:42

De tous les forums du Net, de tous les blogs et les sites que j'ai pu visiter depuis 2004, de tout ce que j'ai pu "glaner" ou découvrir dans les messages, les réflexions, les écrits divers des uns et des autres... depuis toutes ces années, oui...
Je dis que la critique littéraire (lorsque cette critique se fait au sujet d'une oeuvre ou de textes écrits d'un auteur)... ou même la critique tout court... Est un art "des plus difficiles et des moins bien maîtrisés qui soient"...
Et de tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent, seuls, les dires et les commentaires de deux personnes en particulier (parmi mes connaissances) me semblent "émerger" du "lot commun"... En ce sens que ces dires et commentaires font bien comme on dit "la part des choses" dans un esprit de vérité, de connaissance de la "chose écrite", sans sentimentalisme ou inclination partisanes, sans compromission, avec la dureté qu'il faut parfois, sans aucune forme de complaisance et avec cette manière toute personnelle de défendre si nécessaire et si justement parfois, un écrit ou un autre d'un auteur, contre tout jugement injuste manifesté... En l'occurrence l'auteur que je suis, de tout ce que j'écris...
L'une de ces deux personnes est mon ami, l'autre est disons, "presque un ami"... C'est à dire une personne avec laquelle je concevrais à l'occasion, de devoir passer huit jours "nuit et jour" alors même que ce serait sans doute pour moi (et pour lui réciproquement)... Une expérience difficile...
Je ne parle pas bien sûr, de bien d'autres personnes qui elles aussi sont de mes amis, mais quant à elles "comme tout-acquises" parce qu'elles savent réellement "de quel bois je suis fait", et quelle "sève" monte le long de mes branches... et quelles "épines" de ci de là, peuvent surgir en de petits points "névralgiques" de branchioles hérissées... Mais surtout aussi, il faut bien le dire, parce que ces personnes amies fidèles ne cessent d'aimer me lire...
Je m'accorde pour ainsi dire mon côté "iconoclaste et apache", et l'existence de quelques "trous noirs", et quelques "perles" ou inconvenances... Àl'idée qu'après tout, de très grands écrivains et auteurs, des comédiens et acteurs célèbres, peuvent être "incendiés", controversés et même parfois détestés... Ou adulés un temps, puis "passés sous les fourches caudines" pour un mot qu'il ne fallait pas dire, un comportement occasionnel pour le moins "bizarre" voire indécent ou choquant...
La critique, dans le "sens commun" enfonce ou démolit, encense ou impose ses vues au plus grand nombre, et "fait rarement dans la nuance"... Et le public, le "grand public", ne connait que ce qui se dit et s'écrit à longueur de forums, d'articles, de blogs et de chroniques... Et qui le plus souvent hélas, occulte ces "petits moments" de l'artiste, du comédien, de l'acteur... si sublimes ; "fait l'impasse" sur des fragments particuliers et émouvants et très beaux, d'une oeuvre de cet artiste, de ce comédien, de cet acteur, de cet écrivain...

... Dans la seconde moitié du 19 ème siècle (mais je précise que nous ne sommes plus aujourd'hui dans "ces temps là" tant sur le plan de la formulation que des idées )... Voici par exemple, ce qu'écrivait Emile Zola au sujet de L'aile du casque, une légende d'Ecosse, dans La légende des siècles, du grand, du très grand Victor Hugo... Lequel Victor Hugo fut considéré unanimement à son époque comme le plus grand des poètes et des écrivains :

Emile Zola cite
"Le fond, nul ne le sait. L'obscur passé défend
Contre le souvenir des hommes l'origine
Des rixes de Ninive et des guerres d'Egine,
Et montre seulement la mort des combattants,
Après l'échange amer des rires insultants."

Et écrit
"Cinq vers, cinq chevilles. Egine arrive là pour rimer avec origine. Rien n'est plus lourd ni plus inutile que les deux derniers vers. Les disciples appellent cela de la largeur ; ce n'est que du remplissage".

Et plus loin, Zola cite encore
"En le risquant ainsi, son aïeul fut-il sage ?
Nul ne le sait ; le sort est de mystères plein ;
Mais la panique existe, et le triste orphelin
Ne peut plus que s'enfuir devant la destinée."
Et écrit
"Un des procédés de Victor Hugo est de faire ainsi la part de l'inconnu. Il emploie souvent la tournure : nul ne le sait, on l'ignore, c'est le secret de Dieu, etc. Il croit élargir le sujet; Mais parfois le procédé fait sourire, surtout quand la réponse est facile. L'aïeul dans le cas présent, a été à coup sûr stupide de confier sa vengeance à un enfant de seize ans."

... Voici d'autre part ce qu'écrit Emile Zola dans "Documents littéraires, oeuvres critiques", à propos de Sainte Beuve :
" Mais en critique, il y a un écueil... ... ... c'est de ne pas faire la balance des qualités et des défauts, c'est de ne pas saisir au delà des erreurs de tempérament, au delà des partis pris d'école, la véritable puissance des écrivains qui doivent un jour déterminer une évolution dans la littérature nationale.
Telle a été la faute irréparable de Sainte Beuve devant la haute figure de Balzac. Il a beau être une des intelligences les plus vives de l'époque, faire la lumière sur une foule de points, aimer par nature la vérité et la justice, son injustice et son aveuglement à l'égard de Balzac font douter de ses qualités les meilleures."

... Comme il me paraît aisé – et unanimement commun de le faire – d'encenser les "très grands" ! Que se soit du temps de Victor Hugo et de Sainte Beuve, ou du temps présent !
Et je dis aussi : "comme il me paraît de mode et de je ne sais quel esprit soit-disant frondeur et original, révolutionnaire ou contestataire, de "descendre" l'un ou l'autre des "très grands" de son époque lorsque ces "très grands" sont tout de même reconnus comme tels pour leur talent réel !...
Et comme il me paraît encore plus aisé – et tout aussi unanimement commun de le faire – de formuler à longueur d'émissions de télévision ou de chroniques journalistiques, et de commentaires sur les forums et les blogs... des critiques qui infirment, décapent, démolissent ou "bottent en touche"...
Si encore il y avait le style, la pureté de l'écriture, et l'esprit... Et ce "quelquechose de si profondément humain" en l'auteur de la critique ! ... Mais je rêve, c'est comme au cinéma : des effets spéciaux!

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeLun 4 Avr - 10:35

Ça me rappelle un cours à la fac où on nous disait que le critique littéraire est , en fait, un auteur frustré.
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeLun 4 Avr - 14:52

... En fait de critique littéraire, ou plus exactement de critique de la "chose écrite" (car je n'exerce point l'activité spécifique de critique professionnel ou amateur, qu'il s'agisse de critique de la "chose écrite" ou de critique littéraire proprement dite)...
Je me sens "aussi à l'aise" dans le domaine de la critique dans le sens où presque tout le monde l'entend ; que dans le domaine de la prise de parole en réunion publique d'un certain nombre de personnes présentes... C'est à dire "pas du tout à l'aise"...
Je ne sais que ressentir, il ne me vient que du regard (soit de la pensée)... Et sans doute s'ouvre alors en moi, dans une sorte de "noyau d'un cosmos", comme un abîme de toutes les "alchimies possibles"...
L'abîme me paraît si immense, qu'il me donne le vertige, et une peur d'enfant... En face de cet autre abîme qui est celui de tout se qui se dit, s'écrit, se diffuse et avance, depuis des milliers d'années de civilisations humaines... A quelle sorte d'alchimie alors, puis-je me livrer au beau milieu de tous ces gens qui traînent déjà derrière eux, des nuées et des nuées de chevelures de particules "lumineuses et traçantes" ?

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Eustrabirbéonne

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 48
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeLun 4 Avr - 21:17

Citation :
Ça me rappelle un cours à la fac où on nous disait que le critique littéraire est , en fait, un auteur frustré.

Tiens, je me souviens, moi, d'un dialogue de L'amour en fuite : à la fin des vacances Antoine Doinel accompagne à la gare son petit garçon (Alphonse), violoniste en herbe, et lui prodigue ses conseils paternels, notamment de beaucoup travailler son violon afin de devenir un grand musicien. Et si je ne travaille pas bien? demande l'enfant. "Alors tu seras critique musical!"

Oui, parce qu'on dit beaucoup de mal des critiques littéraires, mais les critiques musicaux, c'est plutôt pire. Je me fie volontiers au jugement de Pierre Jourde ou de Pierre Assouline, mais quand je veux en savoir plus sur un compositeur, un interprète ou un enregistrement, je vais désormais en priorité sur les forums spécialisés (par exemple celui-ci sur lequel j'interviens à l'occasion en compagnie non du chat du rabbin mais de la brebis Harpo Marx de F'murrr), où l'on rencontre des avis nettement plus argumentés, plus détaillés et surtout beaucoup plus de compétence en matière de musique que dans Télérama ou même Diapason.

Tout de même, parmi les critiques littéraires il y a bon nombre d'écrivains tout à fait réussis, et le passage de Zola que tu cites, yugcib, en est la preuve : jugement compétent d'un homme du métier, sévère mais juste (il faut dire que je me souviens de "L'aigle du casque" comme d'un bel exemple de pompiérisme, et pas seulement à cause du casque), confraternel en somme, qui ne se laisse pas impressionner par l'aîné ni par le géant. Zola n'est pas tendre non plus pour mon cher Barbey d'Aurevilly, si différent de lui, mais son article sur Un prêtre marié ne manque pas de pertinence, même si ce qu'il reproche à Barbey est précisément ce qui rend ce dernier unique aux yeux de ses lecteurs. Barbey lui-même a été un remarquable critique, moins pondéré et moins poli que Zola, notamment envers Zola lui-même. A rebours contient des passages entiers de critique littéraire, que Huysmans conçoit telle que Baudelaire (qui écrivit une magnifique analyse de Madame Bovary) voulait la critique d'art : partiale, passionnée, politique. Les essais de Kundera sont une mine, même si je n'ai toujours pas abordé sérieusement Broch et Musil (mais ils sont dans ma PAL. Tiens, au fait...) et que je rechigne toujours à ouvrir Anatole France (ce en quoi je conforte l'opinion très juste de Kundera quant à l'inexpugnable préjugé des Français contre ce dernier). Philippe Muray a aussi fait du beau travail, sur Balzac notamment. Combien de lectures inutiles (Bobin, Holder...) m'ont été épargnés par quelques citations bien choisies et vigoureusement commentées dans La littérature à l'estomac!
Dans Une rencontre, Kundera parle fort élogieusement d'un auteur islandais méconnu chez nous : Gudbergur Bergsson. Il faudra que j'y regarde de plus près. Parce que finalement rien de meilleur qu'une lecture née d'une autre lecture : c'est à Huysmans que je dois Barbey, à Jourde Taillandier, Sebald et Volodine, à Borges La pierre de lune (un des grands plaisirs de mes années d'études) et une des plus belles lectures de Macbeth, à Lampedusa les sonnets de Shakespeare...
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeLun 4 Avr - 22:56

... Milan Kundera est l'un des auteurs contemporains que je préfère... Mais je n'ai pas encore lu ses essais...
J'ai lu 3 livres de lui : La vie est ailleurs, la plaisanterie, et l'insoutenable légèreté de l'être (dont j'ai vu 3 fois l'interprétation au cinéma)... C'est disons, une oeuvre qui m'a marqué... Tant le livre que le film...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeMar 5 Avr - 9:13

Eustrabirbéonne a écrit:


Oui, parce qu'on dit beaucoup de mal des critiques littéraires, mais les critiques musicaux, c'est plutôt pire.

Alors là, je suis bien d'accord ! On n'en parle pas souvent, mais c'est une catastrophe. Je préfère, de loin, me faire ma propre idée. Ceci dit, je vais aller voir le lien que tu nous donnes Eustrabirbéonne, car j'imagine que les avis seront riches et objectifs. Quant à Télérama, auquel je suis restée abonnée pendant des années, j'ai cessé de le lire il y a 5 ou 6 ans car la qualité a énormément baissé à mon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65657
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeMar 5 Avr - 17:55

Comme elle était bien, cette revue ! Et puis, boum ! Les voilà qui font de la politique - pour le référendum sur le traité européen. Ils prennent position et c'est tout juste s'ils ne vouent pas aux gémonies ceux de leurs lecteurs qui votaient à gauche mais qui avaient dit non. J'en suis restée bouche bée. Ensuite, il y a eu quelques changements de présentation - d'équipe peut-être car tous les membres n'étaient pas d'accord avec le fameux édito sur le référendum - et ça a commencé à péricliter. "Télérama" ne ressemblait à aucune autre revue de télévision : c'était sa force. A partir du moment où son équipe s'est tourné vers un mélange entre l'ancienne version, "Le Nouvel Obs'" et quelques autres, tout est parti en vrac.

C'est depuis que je prends "Télé-Loisirs." C'est beaucoup moins bien, c'est terriblement "people" mais au moins, ils ne cherchent pas à vous imposer leurs idées - politiques ou autres.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeMer 6 Avr - 9:19

... Notons que Télérama coûte 2,30 euro alors que Télé Z ne coûte que 0,30 euro...
Quand je "loupe" Sud Ouest Dimanche et le programme télé de SOD, parce que je suis "de sortie" le dimanche, alors le lundi matin j'achète pour 0,30 euro un Télé Z (très sommaire mais qui me suffit)...
Il fut un temps où je prenais Télérama, surtout pour les programmes radio de France Culture... (et dans l'espoir qu' "ils" me publieraient dans leur "courrier des lecteurs")...

Mais les "courriers de lecteurs" que ce soit dans Sud Ouest Dimanche ou autres organes de presse... J'ai cessé tout envoi depuis environ quatre ans... Quand je vois ce qu'ils y publient, après une "putain de sélection à la mord'moi'l'noeud" à laquelle je ne comprends rien et qui me semble si arbitrairement décidée en fonction d'une "logique éditoriale" tout aussi "à la mord'moi'l'noeud"... !
Je me publie moi-même désormais sur mon blog et sur mon site, sans devoir demander la permission à qui que ce soit, et surtout sans devoir "mendier" quelque autorisation que ce soit, très aléatoire...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Eustrabirbéonne

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 48
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeMer 6 Avr - 11:05

En ce qui concerne la télé je me contente du site de Télérama, puisque c'est gratuit. J'ai acheté celui-ci toutes les semaines de 1988 à octobre 2006, époque je crois de la "nouvelle formule" (comme l'a fait alors remarquer un lecteur, on le découvre d'un oeil, sous l'autre il y a une page de pub). Fabienne Pascaud, qui s'extasie sur Christine Angot et trouve "vulgaires" les Monologues du vagin (sans doute parce que la pièce plaît au public) m'agaçait prodigieusement depuis longtemps, alors la voir devenir rédac' chef... Et le cher Alain Rémond était depuis longtemps parti pour Marianne (les habitués des forums lui avaient offert un beau cactus de départ).

Depuis lors, pour prendre ma culture en main j'ai adopté une solution snobissime : je me suis abonnée au New Yorker, le magazine des intellectuels bourgeois de Manhattan. Il y a pas mal de pub aussi, surtout au début, mais avec de grands reportages de dix ou douze pages (écrits petit sur trois colonnes et souvent sans photos) sur de multiples sujets: la vie à Lagos, la Birmanie, l'Irak, mais aussi les chercheurs de champignons professionnels de l'Etat de Washington ou la cuisine turque (je vous assure que ces deux derniers étaient passionnants). S'y ajoutent chaque semaine deux poèmes et une "fiction" (une nouvelle ou les premiers pages d'un roman qui va sortir) : c'est là que sont parus pour la première fois "Brokeback Mountain" de Annie Proulx, "Le conte de Noël d'Auggie Wren" de Paul Auster (qui est repris à la fin du film Smoke), et le début de l'excellent Sur la plage de Chesil de Ian McEwan. On y trouve aussi des critiques, justement, et en matière de littérature moins de critiques d'œuvres que de critiques d'ouvrages critiques scratch ou biographiques (les Anglo-Saxons raffolent de biographies). Le New Yorker est aussi, on le sait, la Mecque du dessin de presse et du dessin humoristique. J'ai sous les yeux la très belle couverture du numéro des 21-28 mars, avec sur fond noir une branche de cerisier du Japon dont les fleurs sont représentées par des signaux de zone radioactive, mais roses. On y trouve un reportage sur l'après-séisme, et aussi un court article de Kenzaburo Oe que je me propose de lire tout à l'heure au parc de St-Cloud (j'ai pris mon après-midi, il fait si beau!).

Tiens, à propos de Télérama et de critique il me revient quelque chose qui m'agaçait aussi : en 1993, sortie de La leçon de piano de Jane Campion, critique dithyrambique (Ulysse saute de joie), les promesses d'Un ange à ma table (un chef-d'oeuvre il est vrai, passé presque inaperçu du grand public à l'époque) sont tenues, tout ci, tout ça. Et puis voilà qu'il arrive un sale truc à Jane Campion : elle décroche la Palme d'or et, pire, son film fait un carton auprès du public. Eh ben voilà que nos mêmes critiques commencent, non pas vraiment à brûler ce qu'ils avaient adoré, mais tout de même à faire les délicats, à dire que oui, c'est un bon film, mais pas si bon que ça... le public aime la même chose que moi, quelle horreur, je me suis sûrement trompé. Et rebelote quelques années plus tard avec Marius et Jeannette et son million d'entrées...

Quant au courrier des lecteurs... bon , c'est vrai que je n'écrivais pas souvent. J'ai été publiée une fois quand même, dans Charlie Hebdo. Ah , et une autre fois dans le hors série de Télérama sur Brassens, en 2001.

C'est vrai que c'est bien, les forums, pour montrer sa prose (j'ai jamais pu tenir un blog bien longtemps).
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Mer 6 Avr - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitimeMer 6 Avr - 12:23

... Dans Charlie Hebdo, j'avais une fois (une seule fois) envoyé un "courrier des lecteurs" du genre "pas piqué des hannetons" (tout à fait à dire vrai dans "l'esprit éditorial" -à mon avis- de ce journal satirique "qui ne fait pas dans la dentelle" !
Mais hélas, il ne fut pas publié ! (Il eût pourtant, ce courrier, une portée assez retentissante si j'ose dire!)
Alors... "Je leur en ai voulu"! (et à l"époque - c'était bien avant les blogs et les forums- j'avais "assassiné de première" Charlie Hebdo et sa direction, dans un petit fanzine poético-satirique intitulé "Roue Libre" et qui était diffusé gratuit en pays de Born dans les Landes... En gros je leur reprochais de "se civiliser tant soit peu en vertu du principe que le Système commençait à tolérer et même à médiatiser des "marginalités" au nom de la liberté d'expression...
Dans le temps (un temps plus ancien) j'aimais beaucoup "Hara Kiri"...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




De la critique en général... Vide
MessageSujet: Re: De la critique en général...   De la critique en général... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

De la critique en général...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -