Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

La hantise de la fable, et de l'image

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

La hantise de la fable, et de l'image Vide
MessageSujet: La hantise de la fable, et de l'image   La hantise de la fable, et de l'image Icon_minitimeMer 13 Avr - 9:05

... J'ai assurément dans l'écriture, dans chaque projet ou réalisation d'écriture, une intention imagée..
Une forme purement narrative et -ou- mélodramatique, me rendrait peut-être plus clair et plus accessible... Mais la communication mondialisée nécessite cette hantise de la fable, et donc l'obsession d'une simplicité réductrice, d'une formulation "à la portée de tous", ou encore d'un "effet produit"...
Ainsi la "fable" est-elle, devient-elle, a-t-elle pour objectif, une "mise en scène" des situations, des personnages, des événements réels ou fictifs... Et cela, tout cela, afin que la "fable" puisse se vendre, séduire, se répandre, distraire...

...Une oeuvre, un récit, un texte, purement narratif me semble effectivement mieux approprié à ce que l'on pourrait définir comme étant une forme de communication mondialisée dans la mesure où cette communication, tout en se fondant en un langage ou en une écriture tout comme à l'intérieur d'un moule commun ; n'en serait pas moins en ce moule, une pâte épurée et donc débarrassée de poussières ou d'éclats inutiles...
Mais je n'adhère pas personnellement, à la forme "mélodramatiquement arrangée" dans le discours narratif... Car il y a dans le mélodrame à mon idée, une assez nette tendance à la mise en scène "de valeur d'audience"... Ce qui convient tout à fait, d'ailleurs, à cette mode actuelle de "communication mondialisée" qui submerge toutes les cultures authentiques et intemporelles du monde...
La "hantise de la fable", d'ailleurs, dans la "communication mondialisée", est devenue obsessionnelle, d'autant plus que, par l'audience que la fable génère, il se définit une valeur marchande...
Je me demande tout de même parfois si une "intention imagée" dans l'écrit ou dans le dit, ne rejoindrait pas aussi une "intention de la fable"... Plutôt que de puiser naturellement dans l'imaginaire porté en soi tel un "terreau" enrichi de ressenti et travaillé sans relâche...
Les surréalistes par exemple, dans leurs oeuvres, puisent-ils vraiment dans leur imaginaire "terreau enrichi de ressenti et travaillé sans relâche"? Dans ce que leur nature leur a donné ?
Ou bien, pour quelques uns d'entre eux, n'ont-ils que la "hantise de l'image"? Qui est alors comme "la hantise de la fable" ?
... Je pense que l'Art, même s'il puise dans l'imaginaire et dans le naturel que l'on porte en soi, s'il puise aussi pour une part trop importante dans la technique, n'est plus vraiment de l'Art, mais de l'artisanat... Ainsi le mélodrame et la fable, et aussi l'image, pour ce qu'ils procèdent de technicité plus que d'imaginaire et de naturel, plus que de ressenti et d'émotion et d'intuition, sont des "produits" plus que des oeuvres...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

La hantise de la fable, et de l'image Vide
MessageSujet: Re: La hantise de la fable, et de l'image   La hantise de la fable, et de l'image Icon_minitimeMer 13 Avr - 10:05

yugcib a écrit:
[…] le mélodrame et la fable, et aussi l'image, pour ce qu'ils procèdent de technicité plus que d'imaginaire et de naturel, plus que de ressenti et d'émotion et d'intuition, sont des "produits" plus que des œuvres...
J'aimerais que tu précises le sens que tu donnes à « fable » dans ce contexte ; je n'ai pas saisi. Je pense que l'opposition que tu fais entre produits et œuvres est juste, bien qu'il y ait des procédés dans les œuvres, et quelquefois œuvre véritable dans les productions. Par exemple : une œuvre sans procédés devrait être unique et sans « suites » et même que l'auteur meure en la terminant ou même un peu avant de la terminer, comme À la recherche du temps perdu car dès qu'il reprend ses thèmes, l'auteur reprend ses procédés ; il y a aussi des passages dignes d'une œuvre même dans les écrits « industriels » comme ceux de Stephen King — par exemple dans La Ligne verte. (Je ne sais pas si c'est bien clair…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

La hantise de la fable, et de l'image Vide
MessageSujet: Re: La hantise de la fable, et de l'image   La hantise de la fable, et de l'image Icon_minitimeMer 13 Avr - 12:14

... La "fable", ici, symbolise la, une ou des productions de littérature, de roman, d'essais ou d'écrits, médiatisées et de valeur marchande... C'est aussi : des productions de cinéma, de divertissement, et d'une manière générale, de culture standardisée... Elle est cette "fable", comme la fable au sens propre du mot, c'est à dire une représentation déformée à dessein, ou embellie... ou faussée, ou orientée... et qui se fait "conte"...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

La hantise de la fable, et de l'image Vide
MessageSujet: Re: La hantise de la fable, et de l'image   La hantise de la fable, et de l'image Icon_minitimeMer 13 Avr - 12:52

... Je reconnais cependant que l'art a besoin s'il y a lieu, de technique... Et même de beaucoup de technique, de technique élaborée, précise, et aussi parfaitement que possible, adaptée...
Mais la technique ne doit pas être une hantise, une obsession, dans l'esprit de celui qui l'utilise...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




La hantise de la fable, et de l'image Vide
MessageSujet: Re: La hantise de la fable, et de l'image   La hantise de la fable, et de l'image Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

La hantise de la fable, et de l'image

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -