Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

L'insoutenable légèreté de l'être...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

L'insoutenable légèreté de l'être... Vide
MessageSujet: L'insoutenable légèreté de l'être...   L'insoutenable légèreté de l'être... Icon_minitimeLun 6 Juin - 19:39

... Ce soir sur Arte à 2O h 40...
J'avais déjà vu ce film deux fois en salle, une première fois le jeudi 17 mars 1988 à Nancy. Ce jour là je pris le train à Saint Dié pour Paris via Nancy avec une pause de 4heures à Nancy avant de prendre un train de nuit Nancy Paris. Car le lendemain 18 mars je devais assister à Paris à une assemblée générale de la Société Littéraire de la Poste, en tant que délégué départemental des Vosges... Je vis un cinéma non loin de la gare de Nancy, où il y avait ce film.
J'en suis ressorti au bout de 2h 45, "complètement tourneboulé" et je dois dire que ce film fit sur moi une telle impression, qu'à partir de ce jour, s'ouvrit en moi une dimension de pensée (autant sur les sujets graves que sur les choses les plus anodines ou banales en apparence) qui ne devait que s'accroitre au fil des années suivantes.
Je revis ce film en salle à Gérardmer, environ deux mois plus tard, et j'étais ressorti encore plus "tourneboulé"...
Et par la suite j'ai lu le livre de Milan Kundera "L'insoutenable légèreté de l'être"...
Je vais encore le revoir ce soir sur Arte...


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

L'insoutenable légèreté de l'être... Vide
MessageSujet: Re: L'insoutenable légèreté de l'être...   L'insoutenable légèreté de l'être... Icon_minitimeMar 7 Juin - 7:31

... C'est au prix des choses vécues, que je pense... Entre autres sujets graves, ou anodins mais néanmoins révélateurs... Et qui portent pour la plupart de ces sujets graves ou anodins en apparence, sur le sens même de la relation humaine, de la relation entre deux êtres ; et aussi sur le sens (réel, supposé, rêvé, espéré) des choix que nous faisons en telle ou telle situation heureuse, ou malheureuse, ou imprévue, ou singulière...
Et sans doute plus encore aujourd'hui après toutes ces années depuis le jour où je vis une première fois "L'insoutenable légèreté de l'être"...
Ces "choses vécues" nous faisant accepter le prix à payer pour les vivre (pour autant que l'on ait une idée de ce prix)...
Ces "choses vécues" aussi (et le plus souvent) que l'on n'a pas choisi de vivre -du moins pas ainsi- dont on subit le prix (presque toujours très élevé) dès même la lecture de la facture...
Et ce n'est jamais là, jamais... Une question de chiffres, de somme, de grandeur, de mesure, de longueur, de poids... dans ce "prix à payer" ! Ce serait plutôt une question de ce que j'appelle "un segment d'existence", sinon l'existence tout entière...
Il y a aussi, entre autres sujets "graves", la fidélité (ou la non fidélité) dans la relation intime et profonde entre deux êtres (en général une femme et un homme)... Et là, ce n'est pas à mon sens, une question de morale, de religion, d'idéologie, de préférence ou de sentiment personnel... puisque morale, religion, sentiment personnel, tout cela "vole en éclats à la moindre luminance un peu trop proche de la transe qui nous anime en secret"...
J'avais dit une fois que la fidélité était davantage un choix qu'une vertu... Je demeure aujourd'hui convaincu que ce n'est pas une vertu, et quant au choix, je n'en suis plus si sûr... Ce serait plutôt une singularité... Et il y a dans cette singularité, quelque chose de sublime, d'émouvant au delà du possible... ou d'absurde...


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
yugcib

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 8203
Age : 71
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

L'insoutenable légèreté de l'être... Vide
MessageSujet: Re: L'insoutenable légèreté de l'être...   L'insoutenable légèreté de l'être... Icon_minitimeMar 7 Juin - 13:53

... Dans les 2h 45 de durée de ce film, il n'y a pas une seule séquence inutile ou sans intérêt...
Chaque minute compte : chaque séquence, chaque image, chaque scène, chaque instant du film a une intensité et une densité particulières...
Il y a par moments, des "ralentis"extrêmement significatifs (dans les regards, dans les gestes notamment, et des images d'une précision quasiment "clinique" tout en demeurant d'une grande qualité artistique et d'un réalisme suggestif)... Par exemple, l'oeil du chien qui ne se ferme pas et qui reste brillant en s'immobilisant, au moment où le chien "s'endort dans la mort" une fois que Thomas lui fait la piqûre pour lui éviter une souffrance longue et inutile...
Et la dernière image du film : ce camion qui roule sur une route non asphaltée, étroite, sous une pluie battante, un ciel presque blanc et lumineux malgré la pluie, Thomas et Térésa serrés l'un contre l'autre dans la cabine, Thomas conduisant et disant à Térésa " je sens que je suis heureux"... Et au final, un flash blanc lumineux... et puis plus rien... (on ne voit pas l'accident)...
La scène du "melon" (le chapeau de l'amie de Thomas, Sabina) lorsque Thomas retrouve son amie à Genève (entre temps Sabina vient de rencontrer un type "assez bien" qui quitte sa femme pour elle... mais le type n'aime pas le melon de Sabina alors que Thomas l'aime à en pleurer)...
Et la scène du type (qui en fait fut "dragué" par Sabina) arrivant dans l'appartement de Sabina avec bouquet de fleurs et valise... L'appartement est vide, Sabina vient de quitter Genève (elle s'établira en Amérique où elle apprendra au final la mort de Thomas et de Térésa par une lettre)...

Un "monument littéraire" ce film !

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




L'insoutenable légèreté de l'être... Vide
MessageSujet: Re: L'insoutenable légèreté de l'être...   L'insoutenable légèreté de l'être... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

L'insoutenable légèreté de l'être...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -